Amour Toujours : une exposition photographique sur l’amour à Paris

Reading Time: 6 minutes

Tony Maniaty est de retour avec une autre exposition photographique, Amour Toujours, qui présente cette fois des photos de Paris, la ville des lumières vu à travers la lentille de l’amour. Nous nous sommes entretenus avec Tony il y a quelques mois, à l’occasion de son exposition « Nos cœurs sont toujours ouverts ».

 

Mais Amour Toujours s’agit d’une autre exposition de photographies de Paris actuellement présentée à Sydney. Alors qu’elle devait fermer la semaine dernière, l’Alliance Française de Sydney a prolongé l’exposition Amour Toujours jusqu’à la fin du mois de mars. Lisez notre entretien avec Tony ci-dessous pour en savoir plus.

Amour Toujours
Amour Toujours
Photo: Tony Maniaty

Bonjour Tony, nous avons parlé il y a quelques mois alors que vous prépariez le lancement d’une exposition et d’un livre de photos prises pendant les lockdowns du COVID à Paris, intitulés « Nos cœurs sont toujours ouverts ». Cette fois-ci, vous avez une exposition à l’Alliance Française de Sydney intitulée « Amour Toujours ». Parlez-nous un peu de cette exposition.

À l’occasion de la Saint-Valentin, et aussi pour échapper à l’interminable cycle d’informations du COVID, l’Alliance m’a demandé si je voulais faire quelque chose sur le thème « La France et le romantisme ». J’ai expliqué que je n’avais pas d’images d’amoureux s’embrassant sur le Pont-Neuf, ce n’est pas tout à fait mon style photographique, alors ils étaient heureux de me laisser interpréter le thème comme je le voulais. J’ai exploré ma passion pour la France elle-même, en particulier pour la ville de Paris et les gens qui y vivent, et l’amour qu’ils partagent aussi pour Paris.

 

 

Les photos de cette exposition datent-elles d’avant la COVID ou s’agit-il des mêmes photos qui faisaient partie de votre précédente exposition, mais vues sous l’angle de l’amour?

Environ la moitié des images de l’exposition chez l’Alliance figuraient dans l’exposition précédente, celles moins axées sur la pandémie évidemment, et l’autre moitié est nouvelle. Il y a 18 photographies au total, toutes reflétant l’idée d’amour, de passion et de romance dans des décors français. L’une des grandes joies (et frustrations) de la mise en scène d’une exposition est de choisir ce que l’on va mettre et ce que l’on va laisser de côté, ainsi que l’ordre de présentation sur le mur de la galerie, en veillant à ce que les images se complètent tout en créant un flux narratif. On ne peut pas vraiment le savoir avant d’avoir les images in situ, et c’est alors que l’on commence à jongler jusqu’à ce que l’on y arrive. Souvent, on commence avec une série d’idées et on finit par obtenir quelque chose de complètement différent!

 

Amour Toujours
Image: Tony Maniaty

Vous avez dit que vous avez essayé de capturer l’amour de la vie des Français à travers vos images. Comment avez-vous entrepris de le faire?

Capturer la joie est l’une des tâches photographiques les plus difficiles. La vraie joie est spontanée, il s’agit donc littéralement de fractions de seconde, elle est là et puis elle disparaît. Il y a quelques images dans l’exposition où cela se produit, et pour moi elles sont très spéciales. Le garçon et le petit chien au Palais Royal en sont une. Photographier des gens qui s’amusent est beaucoup plus facile, cela dure beaucoup plus longtemps. Et puis il y a des situations qui me rendent heureux, parce qu’elles reflètent l’amour que j’ai pour la France ; elles peuvent être aussi simples qu’une statue d’amoureux enlacés au Musée Rodin, un angle inhabituel sur la Tour Eiffel, ou la peinture d’une femme nue devant un bar à Paris. Tout cela fait partie de l’exposition. Ce sont souvent de petites choses, des moments particuliers, mais collectivement, ils s’ajoutent aux sentiments profonds que j’éprouve pour la France.

 

En quoi la vie française diffère-t-elle de la vie australienne?

Il y a deux réponses contradictoires à cette question: beaucoup, et pas du tout. Si l’on entend par vie française la vie des gens dans les banlieues françaises, au-delà des centres-villes, je dirais que c’est à peu près la même chose qu’en Australie: les gens aiment leur maison et leur jardin, leurs week-ends, le barbecue et la plage. Mais dans les grandes villes – Paris, surtout – la différence est substantielle. Le niveau d’énergie de ces villes est beaucoup plus élevé, et un bourdonnement créatif est toujours présent. Les Français accordent une grande importance au style, aux manières et aux détails ; les Australiens sont beaucoup plus décontractés, non seulement dans leur façon de s’habiller mais aussi dans leurs manières et leur comportement en général. Ils ont une approche de la vie plus décontractée, du type « vivre et laisser vivre »; les Français ont des opinions plus arrêtées, plus « politiques » dans leur façon de vivre au jour le jour. Dans ce sens, je suis probablement plus française qu’australienne!

 

Quel est l’aspect de la vie française que vous préférez?

L’importance accordée à la culture. Où que vous viviez en France, que vous soyez jeune ou vieux, riche ou pauvre, la culture joue un rôle central dans votre vie. Elle est présente dans la nourriture et la mode, dans la musique, dans la conception du monde qui vous entoure, et bien sûr dans les arts eux-mêmes – dans la littérature et le cinéma, la peinture et le théâtre. Elle est également présente dans les cafés français, qui sont des lieux où l’on ne se contente pas de manger et de boire, mais où l’on échange des idées, où l’on débat de questions, où l’on s’engage avec les autres et où l’on étudie le monde qui passe.

 

Quel est votre endroit préféré à Paris?

Ai-je le droit d’en choisir trois? Les « endroits préférés » changent, mais les trois qui me suivent toujours sont le musée d’Orsay, pour le nombre de grands tableaux qu’il contient (dont mon préféré, le « Portrait du docteur Gachet » de Van Gogh), le magasin de cuisine E. Dehellerin près des Halles, où les casseroles en cuivre semblent dater du 19e siècle, et les jardins du Luxembourg, un havre de paix dans une ville animée. J’ai vécu près des jardins pendant trois ans et j’y allais régulièrement: le crissement des graviers sous les pieds est le moment où je sais que je suis de retour à Paris, ma ville préférée sur terre.

Amour Toujours
E. Dehellerin
Image: Tony Maniaty

 

En ce qui concerne l’amour, avez-vous un endroit romantique préféré à Paris?

La place des Vosges est spéciale, elle est remplie d’arbres et d’une histoire vieille de plusieurs siècles; elle se trouve au centre de Paris et pourtant elle semble ailleurs, un cadre privé pour un rendez-vous. Même si vous n’avez pas de rendez-vous romantique, c’est un endroit où l’on sent que l’amour peut s’épanouir et s’épanouira toujours. Bien sûr, il existe de nombreux endroits de ce type à Paris, il suffit d’en choisir un et en faire le vôtre.

 

Combien de temps dure l’exposition, et les photos sont-elles disponibles à la vente?

L’exposition devait se terminer fin février, mais a été prolongée jusqu’à fin mars. Il est préférable de consulter le site de l’Alliance française de Sydney pour connaître les horaires. Les photographies sont disponibles encadrées ou non, et vous pouvez voir l’ensemble de l’exposition en ligne et acheter les tirages sur mon site web www.studiotettix.com. Vous y trouverez également de nombreuses autres images de mon portfolio français et, si vous aimez particulièrement le noir et blanc, c’est le paradis des francophiles!

Image: ‘Sakuntala’ par Tony Maniaty

 

Le livre de l’exposition « Nos cœurs sont toujours ouverts » est-il encore disponible à la vente? Si oui, comment?

Oui, il est toujours disponible sur le site www.studiotettix.com. Le livre, en édition limitée, contient 64 images monochromes imprimées sur du papier d’art et constitue un merveilleux cadeau pour les amoureux de Paris et de la France.

Nous remercions Tony Maniaty pour cette interview. 

 

INFOS CLÉS POUR AMOUR TOUJOURS

QUOI : Amour Toujours, une exposition photographique de photos de Tony Maniaty

OÙ : Alliance Française de Sydney

QUAND : Prolongée jusqu’à la fin du mois de mars. L’exposition est ouverte pendant les heures d’ouverture de l’Alliance Française de Sydney:

Mardi, mercredi, jeudi,
9h30 – 12h30
13h30 – 17h00

COMMENT : Se rendre à l’Alliance Française de Sydney pendant les heures d’ouverture ci-dessus.

COMBIEN : Gratuit

What’s your favourite place in Paris?

Subscribe

Enter your email to subscribe to new article notifications about all things French and francophone in Australia

Flash of Culture: un moyen compact, pratique et esthétique d’apprendre

Reading Time: 4 minutes

Flash of Culture est une société australienne qui vend des cartes flash, des autocollants et des posters promouvant les cultures de différents pays, dont l’Australie et la France. Une excellente idée pour l’apprentissage des langues également, ces articles comportent des dessins d’animaux emblématiques, de monuments iconiques, d’aliments locaux avec le nom dans leur langue locale et une traduction en anglais.

 

Par exemple, dans le jeu de cartes flash françaises, nous voyons le bouledogue français, le fromage, les champs de lavande, la tour Eiffel et bien d’autres choses encore.

Flash of Culture

Nous avons discuté avec Samantha, propriétaire et créatrice chez Flash of Culture.

 

Samantha, vous êtes la propriétaire et la créatrice chez Flash of Culture. Qu’est-ce qui vous a décidé à créer cette entreprise?

Mon idée de Flash of Culture est née après que notre famille a fait un grand voyage en Europe en 2016. Mon fils avait 18 mois à l’époque et s’est vraiment amusé. Il a goûté à des aliments variés, visité des endroits passionnants, vu différents animaux et rencontré des gens merveilleux. Lorsque nous sommes rentrés de notre voyage, je voulais trouver un moyen de poursuivre l’apprentissage et l’excitation de ce voyage et de fournir de l’inspiration pour de futurs voyages, ce qui a fait naître l’idée de Flash of Culture.

 

Les pays que vous couvrez actuellement dans vos affiches et autocollants Flash of Culture sont l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Croatie, la France, l’Italie et le Japon. Comment choisissez-vous les pays sur lesquels vous allez vous concentrer?

J’ai d’abord commencé par les cartes flash de l’Australie, à cause des animaux mignons et parce que je suis australienne! Ensuite, j’ai choisi des pays ayant des cultures distinctes qui peuvent facilement être représentées visuellement. J’ai une longue liste de pays pour lesquels j’aimerais créer d’autres produits, mais ce sont ces premiers pays qui m’ont le plus marqué. Je suis également d’origine croate, c’est pourquoi j’ai inclus les autocollants croates.

Flash of Culture

Vos cartes flash, autocollants et posters australiens et néo-zélandais ont-ils trouvé un public international?

Oui, ils ont été bien accueillis. Beaucoup d’Australiens et de Kiwis vivant à l’étranger aiment avoir un petit quelque chose qui leur rappelle leur pays. Il y a aussi beaucoup d’Australiens qui envoient des cadeaux à leurs amis et à leur famille à l’étranger.

 

Bien que les cartes flash aient été conçues pour permettre aux enfants de s’enthousiasmer pour les voyages et la culture, elles pourraient également être utilisées par n’importe quel apprenant de la langue française pour enrichir son vocabulaire. Saviez-vous si les cartes étaient utilisées par des adultes apprenant le français?

Oui, l’objectif principal était de célébrer la culture française, mais j’ai reçu des commentaires de clients qui ont acheté les cartes flash pour l’apprentissage des adultes comme une introduction de base à la langue. De même, certains parents et accompagnateurs ont mentionné qu’ils avaient apprécié d’apprendre les mots avec les enfants.

Flash of Culture

Vous parlez français?

Oh, j’aimerais bien! J’adore la musique, le cinéma et la langue française, mais malheureusement, mon cerveau visuel n’est pas très doué pour apprendre les langues. J’ai trouvé l’apprentissage du croate extrêmement difficile, et j’imagine que le français serait encore plus difficile. J’aimerais vraiment apprendre un jour!

 

Avez-vous une formation d’entrepreneur ou de designer?

Je suis à l’origine un concepteur numérique, et j’ai une licence en communication visuelle. J’ai toujours eu un intérêt pour l’entrepreneuriat. Avant les enfants et Flash of Culture, je vivais en Croatie avec mon mari et je vendais des photographies d’Europe sur Etsy.

 

Quelles sont vos prochaines étapes pour Flash of Culture?

Ma gamme d’autocollants a été très populaire auprès d’un public étranger, je me concentre donc sur l’élargissement de la gamme et éventuellement sur l’ajout de nouveaux posters.

Nous remercions Samantha pour son temps. Vous pouvez consulter la gamme de cartes flash, de posters et d’autocollants du Flash of Culture sur le site Web du Flash of Culture.

 

INFORMATIONS CLÉS SUR FLASH OF CULTURE

QUOI : Flash of Culture produit des posters, autocollants et cartes flash pour encourager l’apprentissage des langues et des cultures.

OÙ : En ligne sur le site web Flash of Culture

COMMENT : Achetez les produits via le site web de Flash of Culture : https://flashofculture.com/

QUI : Pour tous les âges

 

Si vous êtes intéressé par l’apprentissage du français chez les enfants, les articles suivants pourraient également vous intéresser :

My Little French Club: des activités pour maintenir l’apprentissage du français à la maison

Ma Petite Librairie: acheter des livres en français en Australie

Un enseignement bilingue accessible aux écoles publiques? C’est possible à Adélaïde avec le programme bilingue et binational franco-australien

 

Abonnez-vous

Insérez votre adresse email pour recevoir des notifications lorsque des nouvelles articles sont publiées au sujet de toutes les choses françaises et francophones en Australie