“La bête de scène” vient à Melbourne en mars

Reading Time: 6 minutes

Pauline Calmé jouera dans son spectacle solo improvisé nommé “La bête de scène” au Butterfly Club à Melbourne en mars. Elle nous parle de son spectacle et de l’impro.

Parlez nous de votre spectacle “La bête de scène”.

“La bête de scène” (Unleash the beast) est un one-woman show entièrement improvisé. Je jouerai du 9 au 14 mars 2020 à Melbourne, au Butterfly Club (Carson Place), à 7pm. Les 11 et le 12 mars seront en français, les 9, 13, 14 mars en anglais. Dans le jargon de l’improvisation, La bête de scène appartient aux spectacles « free form », c’est à dire qu’il n’y a pas de structure pré-établie concernant le déroulement du spectacle. Je l’ai appelé « La bête de scène » parce que ça représente bien l’état d’esprit. Être animal: instinctif, corporel et dans le moment présent; Être bête: jouer, échouer, ne pas comprendre, accepter l’erreur et s’amuser avec; Être une bête de scène: Le public peut se détendre, je vais gérer! 

 

La bête de scène est votre troisième spectacle solo. Comment est-il différent de vos autres spectacles?

Le premier, « Correspondances Unilatérales », était un seule-en-scène basé sur une cinquantaine de lettres que j’avais écrites lorsque j’habitais à Paris entre 2015 et 2016. Ce spectacle a été mis en scène par Matthieu Loos de la compagnie Combats Absurdes. C’est l’histoire d’un femme qui écrit à un homme qui ne lui répond jamais. On ne sait pas si cet homme est le fruit de son imagination, ou qu’il est mort, ou s’il a rompu avec elle depuis longtemps. 

 

Le deuxième, « Paulin.e.s », est un ensemble de sketches tantôt poétiques, tantôt comiques, tantôt tragiques. Je m’accompagnais moi-même musicalement ou avec des pistes enregistrées sur mon ordinateur. C’était un spectacle qui m’a permis d’assumer mon passé de musicienne, et mon affinité pour la transversalité des arts vivants. 

 

« La bête de scène », quand à lui, est purement improvisé. Je n’ai rien prévu à l’avance. Ce spectacle est basé sur ma capacité à être ici et maintenant, en présence du public. Je ne viens pas raconter une histoire, je viens jouer avec ce qui est déjà là. Comme je n’ai pas de décors, la principale inspiration est mon corps. Ce spectacle est beaucoup plus physique que les deux autres. En général je finis en sueur! L’autre source d’inspiration est mon interaction avec le public. Chaque soir est différent et chaque personne est différente. À chaque fois que je joue ce spectacle je suis excitée en me demandant « comment va être le public ce soir! ». Parfois je papote avec une personne, parfois tout le public est impliqué, parfois quelqu’un monte sur scène et joue avec moi, ça dépend de l’humeur du moment!

 

 

D’où est venu votre inspiration pour le spectacle?

Quand j’étais petite, je regardais en boucle le spectacle de Michel Courtemanche, un humoriste québécois. Il me faisait beaucoup rire avec ses expressions faciales. Puis il y a eu Florence Foresti et Gad Elmaleh qui m’impressionnaient beaucoup par leur aisance scénique. Je me disais « Comment peut-on venir seul sur scène, sans rien, devant une foule de gens et faire rire tout le monde? ». Je pensais qu’une grosse partie de ce qu’ils faisaient était improvisé. Je voulais faire pareil: Faire rire tout le monde! C’est plus tard que j’ai compris que chaque réplique était écrite à l’avance. Entre temps, j’avais été piquée par l’impro. J’avais trouvé un médium que me permettait de faire rire les gens. C’est fou, c’est magique! Les gens se marrent quand je suis 100% moi-même, 100% présente, 100% ici et maintenant. Alors je me suis dit, et pourquoi pas un one-woman-show improvisé? Après tout, c’est ce que je voulais faire depuis toute petite…

 

Depuis quand et comment est-ce que vous avez un intérêt en théâtre et pourquoi l’improvisation?

J’ai commencé le théâtre au lycée, quand j’avais 15 ans. Un copain à moi était trop timide pour aller au cours d’essai tout seul, alors je l’ai accompagné. Et puis j’ai jamais arrêté. Dans mon tout premier spectacle de théâtre, je délivrais un monologue extrait du livre « Les fourmis » de Bernard Werber qui raconte comment les humains vivent, produisent des excrements, meurent, se font manger et deviennent eux-même excrements. En même temps que je déclamais le texte, je m’extirpais d’une cage en verre imaginaire, comme le mime Marceau. Dans ce spectacle, j’ai aussi incarné une otarie, je devais m’allonger sur les genoux du public, j’avais un dialogue de Tardieu absurde où personne ne finit ses phrases, c’était hilarant… bref, tout était déjà là: le clown, l’interactivité, la comédie… et incarner des animaux. Cette professeur de théâtre était incroyable, grâce à elle j’ai eu une première expérience fantastique. 

 

Quand à l’impro, J’ai commencé sur un mal entendu. Quand j’ai quitté Bordeaux pour monter à Paris en 2011, mon ami travaillait dans une grosse entreprise. Deux de ces collègues faisaient de l’impro. Il leur a parlé de moi en disant que j’en avais déjà fait (ce qui était pas vraiment le cas) et que je cherchais à intégrer un groupe (ce qui était vrai!), elle m’ont invitée à venir faire un entrainement d’essai. La légende raconte que, parce que le groupe pensait que j’avais déjà fait de l’impro et que je pensais qu’il savait que j’en avait jamais fait, on s’est aimé au premier regard. C’était génial, encore plus simple que le théâtre, parce que je n’avais pas à apprendre de texte. Depuis, je n’ai jamais arrêté et c’est devenu mon métier. 

 

Est ce que vous avez fait des formation en théâtre ? Parlez nous de cela.

Oui, plein! Et je continuerai de me former jusqu’à la mort. 

 

D’abord, j’ai fait une école de théâtre à Paris dirigée par Armel Veilhan pendant deux ans. J’y ai découvert les fondamentaux du jeu d’acteur. Stanislavsky, les grands auteurs (Molière, Shakespeare, Becket, et tous les autres que j’ai déjà oublié), comment marcher sur scène, qu’est-ce que ça veut dire « être naturel », être dans le présent même quand ça fait 40 fois qu’on dit la même réplique, invoquer des émotions, etc. Ces deux années ont été très intense et non sans douleur. Elles m’ont transformée et m’ont ouvert de nouvelles perspectives de jeu. Puis j’ai continué ma formation en participant à des stages intensifs d’une semaine ou deux. J’ai rencontré Ira Seidenstein, créateur de l’International School of Acting And Creativity (I.S.A.A.C à Brisbane). C’est devenu ma nouvelle école de théâtre, de clown et de créativité. J’ai également suivi une formation de jeu masqué avec Mark Jane et Steve Jarand en France et avec Matteo Destro en Italie, et plein de stages d’improvisation. Mes cinq années au sein de la troupe « Smoking Sofa » et mon rôle de directrice artistique du spectacle « Le fauteuil d’orchestre » m’ont enseigné beaucoup de choses. On apprend vite sur le terrain, plus vite qu’à l’école. Quand tu dois jouer un spectacle improvisé 4 soirs par semaine, tu dois apprendre à te renouveler et sortir de tes habitudes de jeu! À Paris, l’art d’improviser est très populaire. Tellement de gens improvisent! Je me sens chanceuse d’avoir pu apprendre et jouer aux côtés des grands noms parisiens. Il y a une émulation collective dans cette ville. Tous les artistes internationaux passent par Paris à un moment ou à un autre. C’est une plateforme culturelle qui m’a permis de rencontrer les meilleurs, de les voir jouer, et même parfois de jouer avec eux.

 

 

D’autres choses?

Oui! En plus de jouer sur scène, je donne des ateliers d’impro à Melbourne sous le joyeux nom de « The Joyful school ». Si ça intéresse des lecteurs, je les invite à suivre l’actualité de ma page facebook ou sur le site Meetup.

 

J’utilise également l’improvisation comme outils de communication et de développement de « soft skills » en entreprise. Plus d’informations en anglais ici.

 

Gardez également un oeil sur The French Loop qui dynamise l’impro en français à Melbourne. Il se peut qu’on s’y croise! 

 

Vous pouvez voir le spectacle “La bête de scène” au Butterfly Club à Melbourne du 9 au 14 mars (sauf le 10 mars).

Notez: Les performances du mercredi et de jeudi seront en français. Les performances de lundi, vendredi et samedi seront en anglais.

 

Les billets sont en vente par ce lien: https://thebutterflyclub.com/show/unleash-the-beast-la-bete-de-scene

 

Aimez-vous l’improv?

 

Abonnez-vous

Insérez votre adresse email pour recevoir des notifications lorsque des nouvelles articles sont publiées au sujet de toutes les choses françaises et francophones en Australie