Platée: une tragédie lyrique en travesti sera jouée à Sydney ce décembre

Reading Time: 6 minutes

Le Pinchgut Opera présente l’opéra français Platée sur la scène de Sydney en décembre. Il s’agit des débuts sur scène en Australie de cet opéra de Rameau, qui fut le premier opéra comique français.

Platée

Nous avons discuté avec Erin Heylard, cofondateur et directeur artistique de Pinchgut Opera, en pleine répétition de Platée.

Erin Helyard & Kanen Breen – photo par Jasmin Simmons

Bonjour Erin, et merci de prendre le temps de discuter avec moi. Vous êtes actuellement en train de répéter pour Platée, une production de Pinchgut Opera qui sera présentée à Sydney en décembre. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur cette production?

Platée est l’un des grands chefs-d’œuvre du Siècle des Lumières. C’est ostensiblement une tragédie lyrique en travesti: un burlesque paré de tous les plus beaux atours du baroque français. Dans cette pièce, tout est subverti: l’homme principal est une naïade travestie, et la femme principale incarne la folie. Le public était complètement divisé. Voltaire l’a vu et l’a détesté (bien qu’il soit profondément conservateur au théâtre) et Rousseau l’a considéré comme un chef-d’œuvre. C’est le premier opéra comique français, et il est magnifique.

 

C’est une première sur scène en Australie. Pourquoi pensez-vous qu’aucune autre compagnie australienne ou itinérante ne s’est attaquée à ce chef-d’œuvre auparavant?

Il est très difficile de distribuer le rôle de Platée. Il faut d’abord un haute-contre, c’est-à-dire un ténor qui peut chanter dans un registre aigu. Les Français n’ont jamais aimé les castrats, mais ils adoraient les ténors de haute-contre. Il faut non seulement quelqu’un d’extrêmement musical, mais aussi un excellent acteur, capable d’extraire toute la comédie et d’improviser. Kanen Breen est la seule personne qui possède toutes ces qualités en abondance et l’un des meilleurs artistes avec lesquels j’ai eu le plaisir de travailler. Sans Kanen, je n’aurais jamais choisi ce travail.

 

L’Opéra Pinchgut a-t-il déjà interprété d’autres œuvres de Rameau?

Oui! Nous avons interprété Dardanus, Castor et Pollux, Pigmalion, et Anacréon.

 

Parlez-vous français – je note que vous avez passé quelque temps à Montréal et que vous l’avez peut-être aussi parlé là-bas ?

Je parle le français! Je le lis mieux que je ne le parle ces jours-ci, bien que je n’aie pas beaucoup de mal à le comprendre. J’ai passé 8 ans à Montréal, étudiant à l’Université McGill. J’avais un petit ami francophone, François, et il m’a aidée à l’apprendre. Je ne parle plus aussi bien qu’avant et j’ai un accent québécois qui fait rire tout le monde. Ce qui est intéressant, c’est que l’accent québécois est BEAUCOUP plus proche de la diction française du XVIIIe siècle que du français moderne, et j’ai donc beaucoup appris sur la poésie française du XVIIIe siècle de cette façon.

Pinchgut Opera - Kanen Breen & Erin Helyard - photo par Jasmin Simmons

Kanen Breen (G)  & Erin Helyard (D) – photo par Jasmin Simmons

Pinchgut Opera est fier d’être la seule compagnie australienne dédiée à l’opéra et à la musique vocale baroques. Comment Platée se situe-t-il au sein des opéras baroques?

« Formons un spectacle nouveau » chante le chœur dans le prologue. Ils font ostensiblement référence à la naissance allégorique de la comédie elle-même. Thespis (l’inventeur de la comédie) prévoit avec L’Amour (Cupidon), Momus (le dieu du ridicule) et Thalie (la muse de la comédie) d’exposer et de satiriser les faiblesses et les défauts des mortels et des dieux. Mais ce « spectacle nouveau » était aussi tout autre chose : la naissance d’un opéra-comique tout aussi sophistiqué et sublime que les tragédies épiques qui dominaient la scène française à l’époque. Un contemporain observait que « Platée restera sans rival comme il est sans modèle« . Platée était unique et original.

 

Comment choisissez-vous les opéras que Pinchgut Opera présentera?

Avec difficulté! Il y en a tellement. J’aime équilibrer l’opéra vénitien du XVIIe siècle avec l’opéra français et italien du XVIIIe siècle.

 

Vous êtes le directeur artistique de l’Opéra Pinchgut et le chef d’orchestre de cet opéra, Platée. Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur ces rôles et nous dire si chacun d’eux répond à un besoin créatif différent?

Être directeur artistique signifie avoir une vision large de la direction créative de la compagnie, tandis que diriger chaque spectacle présente des défis spécifiques à chaque production. Je dirige depuis le clavecin, comme le faisait Rameau.

Erin Helyard - photo by Jasmin Simmons
Erin Helyard – photo par Jasmin Simmons

Qu’est-ce qui vous a décidé à poursuivre une carrière dans la musique?

La musique m’a choisi autant que j’ai choisi la musique.

 

Avez-vous joué de la musique dans votre enfance? Y a-t-il quelqu’un dans votre famille qui soit également doué pour la musique?

Oui! Je jouais du piano et ma mère m’encourageait à le faire. Il n’y a pas de musiciens dans la famille, juste beaucoup de créativité (écrivains, artistes, enseignants).

 

Vous avez à la fois étudié et travaillé ici et à Montréal. Quel a été le point culminant de votre carrière à ce jour?

C’était merveilleux de travailler à Montréal, car il y a une grande scène de musique ancienne et j’ai eu le plaisir de jouer beaucoup, ce qui est important pour le développement de tout artiste. Je dois dire que jusqu’à présent, le point culminant de ma carrière a été de diriger la reprise de Saul de Barrie Kosky au Festival d’Adélaïde en 2017.

 

Vos études universitaires allaient du clavecin au pianoforte. Avez-vous un instrument préféré? Ou est-ce comme choisir un enfant préféré (il vaut mieux ne pas le choisir/le dire à voix haute!)?

J’aime tous les instruments à clavier et je suis également (et différemment) inspirée par chacun d’eux.

Chœur de grenouilles - Cantillation by Jasmin Simmonds
Le Chœur de grenouilles – Cantillation par Jasmin Simmonds

Comment la COVID-19 a-t-il affecté la saison 2021 de Pinchgut Opera?

Il nous a obligés à nous adapter et à changer, mais aussi à affiner et à renforcer notre vision. C’était horriblement dur et déprimant, mais aussi très rajeunissant, car nous avons eu le temps de reconnaître ce qui était essentiel et important pour nous en tant que compagnie.

 

Quel est votre opéra préféré à diriger?

N’importe quel opéra de Cavalli!

 

Quel est votre opéra préféré à écouter/regarder?

L’enfant et les sortilèges

 

Y a-t-il autre chose que vous aimeriez nous dire à propos de Platée?

Achetez un billet et allez voir le spectacle! Ce sera extraordinaire, et il se peut que cet opéra ne soit plus jouée en Australie avant très, très longtemps.

Nous remercions Erin Helyard d’avoir pris le temps de nous parler de Platée.

 

INFORMATIONS CLÉS POUR PLATÉE

QUOI: Platée, un opéra-comique français de Rameau

QUI: Pinchgut Opera

OÙ: City Recital Hall, Sydney

QUAND : 1, 2, 4, 5 et 8 décembre

COMMENT : Achetez vos billets pour Platée sur la page de l’Opéra de Pinchgut : https://www.pinchgutopera.com.au/2021-season.

Vous pouvez également réserver vos billets par téléphone au 02 9318 8300.

COMBIEN:

Les prix des billets, hors frais de réservation de 9,80 $, sont les suivants:

  • Premium Reserve $200
  • A Reserve $167
  • B Reserve $136 (moins de 30 ans $65)
  • C Reserve $99 (moins de 30 ans $55)
  • D Reserve $69 (moins de 30 ans $55)
  • E Reserve (Vue restreinte) 55 $ (moins de 30 ans 55 $)

 

Avez-vous déjà vu des opéras de Rameau? Ou assisté à une production de l’Opéra de Pinchgut? Avez-vous un opéra français préféré?

 

Pour d’autres événements ayant un lien avec le français et se déroulant en Australie et en ligne, consultez notre article quoi faire en novembre.

Si vous aimez l’opéra, vous serez peut-être intéressé par notre article sur Bohème on the Beach.

 

Abonnez-vous

Insérez votre adresse email pour recevoir des notifications lorsque des nouvelles articles sont publiées au sujet de toutes les choses françaises et francophones en Australie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.