Dans Carmen the Cabaret, Eliane Morel se demande si Carmen est une femme fatale, pourquoi meurt-elle?

Reading Time: 6 minutes

Après avoir fait ses débuts à l’Adelaide Fringe l’année dernière avec Disenchanted, a Cabaret of Twisted Fairy Tales, Eliane Morel revient cette année avec un nouveau spectacle, Carmen the Cabaret. Nous avons discuté avec Eliane de son spectacle.

Carmen the cabaret

Bonjour Eliane, vous revenez à l’Adelaide Fringe, cette fois avec un nouveau spectacle, Carmen the Cabaret. Pouvez-vous nous parler un peu de ce spectacle?

Carmen the Cabaret est une exploration solo (plus accompagnateur) de l’opéra Carmen qui plonge dans son histoire, joue avec sa musique et critique son intrigue ainsi que le sexisme et le racisme sous-jacents de manière humoristique, tout en montrant comment le rôle de Carmen affecte ceux qui le jouent.

 

En tant que mezzo soprano, j’ai interprété le rôle de Carmen à quelques reprises avec Opera Bites, une compagnie spécialisée dans l’accessibilité de l’opéra en le présentant en anglais. En me préparant pour ce rôle, en tant que francophone à moitié vietnamienne, j’ai retraduit toutes les paroles de Carmen du français en anglais, ce qui m’a fait tomber amoureuse du personnage encore plus que je ne l’étais déjà. Elle est drôle, à l’aise avec sa sexualité et sait ce qu’elle veut. C’est aussi une marginale, une femme rom en Espagne.

 

Les gens, y compris son amoureux, Don José, sont attirés par elle à cause de ces qualités.  Mais lorsque j’ai joué Carmen, j’ai entendu des spectateurs la blâmer ensuite pour sa propre mort: « C’est une vraie garce. » « Quelle chipie ! » « Oh mon Dieu, elle l’a vraiment poussé à bout ! » J’ai alors compris que je devais faire un cabaret pour donner aux gens le genre d’aperçu de Carmen que j’avais obtenu en plongeant si profondément dans son personnage.

 

En outre, Daryl Wallis (mon accompagnateur et collaborateur musical) et moi-même voulons vraiment aider le public à apprécier la beauté de la musique de Carmen et à faire l’expérience d’une voix d’opéra dans un cadre intime, tout en jouant avec la musique de Carmen pour explorer comment elle manipule nos pensées et nos émotions.

 

Le spectacle s’inspire de l’opéra Carmen du compositeur français Bizet. Pour ceux qui ne connaissent pas l’opéra, pouvez-vous nous donner un bref résumé?

En bref… l’opéra se déroule dans l’Espagne des années 1830. Carmen est une gitane à l’esprit libre (c’est-à-dire une étrangère) qui travaille comme employée occasionnelle dans une usine de tabac à Séville, mais qui devient trafiquante au noir et savoure sa liberté. Un soldat apparemment coincé, Don José, devient obsédé par elle. Ils ont une relation amour-haine et lorsqu’un autre homme (Escamillo, un torero) entre en scène, Don José devient violent. À la fin, Don José tue Carmen parce qu’il ne peut pas l’avoir pour lui tout seul.

 

Vous avez interprété la Habanera de Carmen plus de fois que vous ne pouvez le compter (et vous avez interprété le rôle 3 fois). Pour ceux qui ne sont pas familiers avec la Habanera, qu’est-ce que c’est?

Si je vous chantais les deux premières mesures, je suis sûr que vous la connaîtriez – la ligne de basse est immédiatement reconnaissable.

 

La Habanera est un type de rythme originaire de La Havane, et c’est aussi le nom de la chanson d’introduction de Carmen où elle explique à tous ceux qui sont présents ses théories sur l’amour: «L’amour est un oiseau sauvage que personne ne peut capturer. Vous pouvez l’appeler, mais il ne viendra pas, s’il n’est pas d’humeur. L’amour est comme un enfant dévergondé. Il ne connaît aucune loi sauf son propre désir. Si tu ne m’aimes pas, je t’aimerai. Et si je t’aime, fais attention! » Donc dans la Habanera, elle se dépeint comme une femme dangereuse à aimer.

 

Lorsque vous ne vous produisez pas dans des spectacles de cabaret, vous êtes la mezzo-soprano principale de la compagnie d’opéra boutique Opera Bites. Qu’est-ce qui vous a attiré vers l’opéra?

Ma mère passait tout le temps des disques d’opéra quand j’étais petit, je me suis donc habitué très tôt au son de l’opéra. Je crois que le premier opéra que j’ai vu était la production cinématographique d’Ingmar Bergman de La Flûte enchantée de Mozart. Je suis tombée amoureux.

 

Mais, comme je l’explique dans le spectacle, je n’aime pas tous les opéras, et je les regarde d’un œil critique et souvent humoristique. C’est probablement la raison pour laquelle j’aime travailler avec Opera Bites: si nous prenons le chant au sérieux, nos productions sont amusantes et souvent un peu ironiques.

 

Quelle formation musicale avez-vous eue? Chantez-vous depuis l’enfance?

Oui, j’aime chanter depuis toujours, et j’ai commencé à prendre des leçons assez tôt, vers l’âge de 10 ans. J’ai commencé mes études d’opéra à la Canberra School of Music, puis j’ai étudié avec Susan Reppion-Brooke, Sue Falk et, depuis environ 8 ans, avec Ghillian Sullivan, qui est également la metteure en scène de ce spectacle.

 

Quand avez-vous décidé de faire carrière dans les arts, et pourquoi?

Depuis que je suis enfant, j’ai toujours voulu écrire pour le théâtre, chanter et jouer. J’ai fini par étudier les trois, et j’ai été attirée par le cabaret parce qu’il combine les trois. Cependant, j’ai fait une pause entre 30 et 44 ans, lorsque j’ai entamé une carrière dans les études de marché pour pouvoir avoir des enfants et rembourser notre prêt hypothécaire. Après avoir fait mon temps dans cette carrière (et j’ai vraiment eu l’impression de faire mon temps!), j’ai recommencé à écrire, à chanter et à jouer la comédie il y a environ 10 ans, et je n’ai jamais regardé en arrière!

 

Votre spectacle de cabaret primé, Disenchanted, s’est penché sur le rôle des femmes dans les contes de fées avec lesquels nous avons grandi et s’est demandé si les méchantes étaient vraiment si mauvaises. Carmen the Cabaret examine le personnage de Carmen et se demande, entre autres, si elle est une femme fatale, pourquoi meurt-elle?

C’est une question très intéressante. Les gens utilisent l’expression femme fatale, et on pourrait penser qu’il s’agit d’une femme qui tue des hommes, non? Dans la Habanera, Carmen prévient les gens que l’aimer est dangereux et qu’il vaut mieux faire attention si elle vous aime, mais à la fin, Don José la tue. Il s’avère que l’amour est bien plus dangereux pour elle que pour lui! Alors peut-être qu’une femme fatale est une femme que les hommes perçoivent comme dangereuse parce qu’elle ne se conforme pas à leurs attentes. J’ai écrit Carmen the Cabaret pour répondre à cette question.

 

Carmen the Cabaret est mise en scène par la légende internationale de l’opéra Ghillian Sullivan. Comment avez-vous été amené à travailler avec Ghillian ?

J’ai assisté à un atelier sur la mise en scène d’opéra que Ghilly dirigeait. Je l’ai trouvée brillante – elle était si bien informée et pleine de bonnes idées, avec un excellent sens de l’humour et du pathos – et elle était un excellent professeur – j’ai donc demandé si elle voulait m’enseigner. Nous nous sommes immédiatement entendues et j’ai toujours aimé travailler avec elle. J’ai été très honoré lorsqu’elle a accepté mon invitation à mettre en scène ce spectacle.

 

Que peut attendre le public de ce spectacle?

Il y a de tout dans ce spectacle: de la bonne musique, de l’humour, du pathos, une séance de spiritisme, un peu de conférence, un peu de chant, et j’espère que cela fera réfléchir tout en étant divertissant.

 

Le public doit-il connaître l’histoire de Carmen ou être amateur d’opéra pour apprécier le spectacle?

Non, comme Opera Bites, je voulais faire quelque chose d’accessible à tous les publics – ceux qui connaissent Carmen et ceux qui ne la connaissent pas, et ceux qui ne connaissent pas du tout l’opéra.

 

Pour ceux qui connaissent Carmen, il vous donnera, je l’espère, un aperçu nouveau et différent de l’opéra. Pour ceux qui ne le connaissent pas, il constituera une excellente introduction à l’histoire, au personnage de Carmen et à tous les meilleurs airs de l’opéra.

 

Cela dit, pour ceux qui pensent ne pas connaître l’opéra, je pense que vous serez surpris du nombre d’airs qui vous sont déjà familiers. Par exemple, si vous pouvez chanter la chanson de l’équipe foot de Geelong, vous connaissez déjà l’un des airs les plus célèbres de Carmenle Toreador.

 

Quelque chose d’autre que vous aimeriez ajouter?

Nous sommes très heureux de revenir à Adélaïde pour le Fringe. L’année dernière, c’était ma première fois à Adélaïde pendant la saison des festivals et pour moi, c’était comme si j’étais au paradis. Les gens d’Adélaïde ont été si gentils et nous ont soutenus et le public a si bien réagi à Disenchanted. Carmen the Cabaret est un spectacle totalement différent, mais Daryl et moi y apportons tous les mêmes éléments que dans Disenchanted: un humour insolent, de la musique et du chant magnifiques, une écriture intelligente et une excellente caractérisation des personnages. Nous pensons que le public va l’adorer!

Nous remercions Eliane Morel pour cette interview et nous avons hâte de voir Carmen le Cabaret à l’Adelaide Fringe 2023.

 

INFO CLÉS POUR CARMEN THE CABARET

QUOI: Carmen the Cabaret

OÙ: The Garage International @ Adelaide Town Hall, 128 King William Street, Ener via Pirie Street or Flinders St Laneways

QUAND: Le spectacle sera présenté aux dates suivantes:

  • 20h40 le mercredi 22 février
  • 20 h 20 le jeudi 23 février
  • 20 h 20 le vendredi 24 février
  • 21 h 10 le samedi 25 février

COMMENT : Achetez vos billets via ce lien: https://adelaidefringe.com.au/fringetix/carmen-the-cabaret-af2023

COMBIEN : Les prix des billets sont les suivants:

  • Plein tarif : 35 $
  • Concession: 30 $
  • Famille : 120
  • Titulaire de la carte Bank SA : 26,25 $
  • Doublez vos applaudissements – 1 entrée : 70
  • Carte d’accompagnateur GRATUITE

Avez-vous déjà vu l’opéra Carmen?

 

Découvrez d’autres spectacles de l’Adelaide Fringe ayant des liens avec le français et le francophone par ici.

 

Pour d’autres événements ayant un lien avec le français et le francophone qui se déroulent en Australie ce mois-ci, consultez notre rubrique Que faire en février

 

Abonnez-vous

Insérez votre adresse email pour recevoir des notifications lorsque des nouvelles articles sont publiées au sujet de toutes les choses françaises et francophones en Australie

Stefanie Rummel présente Chansons: Piaf, Brel & Me- a musical cabaret about France

Reading Time: 12 minutes

Stefanie Rummel est une chanteuse et productrice de spectacles qui présente son spectacle Chansons : Piaf, Brel & Me – A musical Cabaret about France au Fringe 2023 d’Adélaïde. Nous avons discuté avec elle du spectacle, de la chanson française et de son expérience de vivre en France. Lisez la suite pour l’interview.

Chansons: Piaf, Brel & Me

Stefanie, vous allez présenter votre spectacle Chansons : Piaf, Brel & Me – A musical cabaret about France (Un cabaret musical sur la France) au Fringe 2023 d’Adélaïde.

Oui, Chansons sera en Australie le mois prochain (février et mars). Alors que je suis virtuellement à l’APAP à New York cette semaine, je suis en direct et en personne – depuis l’Allemagne – pour ce spectacle. J’arrive par avion pour raconter des histoires et chanter des chansons françaises. Je suis très enthousiaste à l’idée de faire cela. Mes remerciements les plus sincères à The Garage International at Town Hall et à Adelaide Fringe 2023.

 

Parlez-nous un peu de ce show?

Chansons : Piaf, Brel & Me est un one woman show de 60 minutes, de style cabaret, composé de récits et de chansons sur la France et la vie. Vous écouterez des interprétations étonnantes de classiques de Jacques Brel, dont « Ne me quitte pas », et des reprises hypnotiques de « Padam, Padam » et « Milord » d’Edith Piaf. C’est vraiment mon one-woman-show sur la vie, la musique, la culture, la nourriture, la haute couture française… et bien sûr, l’amour, en utilisant des chansons, des histoires, la danse, des accessoires et même la participation du public. Imaginez une nuit en France … avec un accent allemand. Les « chansons » titulaires racontent des histoires passionnantes.

 

Qu’est-ce que le public peut s’attendre à vivre dans votre spectacle?

Imaginez une nuit en France – sans le décalage horaire!

Je vous propose des chansons qui vous toucheront au cœur, vous feront réfléchir et nous rassembleront grâce à leurs thèmes universels. Certaines sont reconnaissables, d’autres obscures, d’autres encore dont vous ne soupçonniez même pas qu’elles étaient françaises, mais toutes s’élèvent et sont belles! Je relie chaque chanson à une histoire, parfois très personnelle. Je vais me limiter à cela.

Une femme charmante m’a écrit une critique après avoir vu mon spectacle, que je présente dans le monde entier :

« Dès que les lumières se sont éteintes, Stefanie Rummel a créé une atmosphère si émouvante, si nostalgique et électrique que nous étions tous sous le charme. Il n’y a pas beaucoup d’artistes qui me font pleurer, ou sourire à travers ces larmes (je déteste avoir l’impression d’être manipulée, et non, je n’ai PAS pleuré à Love Story), mais ce spectacle était d’une maîtrise exquise et authentique. Allez le voir. »

 

S’agit-il d’un one-woman-show ou êtes-vous rejointe sur scène par d’autres personnes? Si oui, qui?

Moi, seulement moi. Je suis artiste solo et raconteur – parfois avec un pianiste, parfois avec de la musique enregistrée. À Adélaïde, je propose un hybride. J’utiliserai un enregistrement de certains des meilleurs pianistes que je connaisse, notamment Tom Schlueter d’Allemagne, Bogdan Pieleanu de Roumanie et Bob Egan d’Amérique.

 

Qu’est-ce qui vous a inspiré la création de ce spectacle?

Des propriétaires de théâtre qui m’ont entendu chanter dans un spectacle en trio m’ont donné envie de créer ce spectacle. Ils ont tellement aimé mon interprétation d’une chanson française qu’ils m’ont demandé après le spectacle si j’étais prête à faire un spectacle complet de chansons françaises. Mon cœur a fait un bond et j’ai dit : « Quelle question ! Oui Bien sur ! »

 

C’était la chose la plus naturelle du monde. J’avais rencontré des centaines de Français fantastiques et noué des amitiés durables. J’ai appris à connaître et à aimer la culture française, sa nourriture exquise, son rapport à l’art et à la musique, sa haute couture et sa joie de vivre. C’est de cette joie de vivre que j’ai créé Chansons. J’avais tant d’histoires à raconter et de littérature musicale française à chanter. Et j’ai constaté que lorsque les spectateurs de n’importe quel pays voient le spectacle, ils trouvent souvent que les histoires reflètent les leurs d’une certaine manière.

Image: Neon Eye

 

Les Français ont inventé l’expression la « joie de vivre » . Est-il exact de dire que votre spectacle célèbre l’amour des Français pour la vie?

ABSOLUMENT ! Une partie de mon spectacle Chansons : Piaf, Brel & Me porte sur l’amour de la vie – cette « joie de vivre ».  Il est important de célébrer ces petits moments précieux dans nos vies. Nous devons prendre le temps de réaliser à quel point ces moments sont beaux. Des moments comme passer du temps ensemble, manger différentes sortes de nourriture ensemble, apprécier de beaux vêtements ou un environnement créatif, apprendre de la culture de l’autre, rire ensemble… L’important est d’être ensemble!

 

Je partage des moments de joie personnels français à travers la musique et les récits. Quel impact cela a-t-il sur le public? Regarder le spectacle peut vous aider à trouver des réponses telles que : Suis-je conscient de ces moments de joie dans la vie? Comment puis-je accentuer ces moments?

 

Par exemple, un spectateur a été profondément marqué par mon spectacle. Il m’a remercié devant le public, m’a dit que c’était si beau et m’a offert un cadeau.

 

En Allemagne, il y a un dicton : « Mangez pour travailler.» J’ai entendu des Français dire plutôt : « Travailler pour manger. »  Cette simple tournure de phrase peut avoir un effet profond sur notre amour de la vie.

 

Qu’est-ce qui vous parle de la musique et du mode de vie français?

J’écoute de la musique française depuis que je suis enfant. Cette musique est devenue une partie de moi. Il y a une certaine mélancolie, de l’humour, de l’expressivité dans cette musique.

 

J’aime écouter Lara Fabian, Charles Aznavour, Edith Piaf, Jacques Brel, et bien d’autres. Les chansons françaises sont des chansons à texte et sont connues depuis l’époque médiévale. Je me concentre sur la chanson poétique et politique qui s’est développée au XIXe siècle. J’aime raconter les histoires qui se cachent derrière les chansons.

 

Quant au style de vie français, j’ai des impressions différentes dans mon esprit.

Je vois une rue française pendant l’été. Le bourdonnement français des gens qui parlent entre eux. J’écoute des performances musicales en plein air pleines de passion, de mélancolie, de joie et avec quelques moments de coquetterie.

 

Il y a un marché français, avec de belles œuvres d’art, des détails d’amour et des dessins courageux, toutes les odeurs de différentes sortes de nourriture, des musiciens de rue qui chantent passionnément et jouent de l’accordéon, des gens qui mangent une crêpe ou boivent un cidre à la crêperie.

 

J’entends la langue française avec ses sons et sa mélodie spécifiques. Je vois des expressions faciales et des gestes typiques. Lorsque je parle français, une partie de tout cela fait partie de moi…

 

Il y a quelque chose de spécial dans le fait de passer du temps avec mes amis français, de partager un apéritif, un verre, de profiter de longues soirées avec beaucoup de nourriture délicieuse et de qualité et l’humour qui est utilisé. Je partage certaines de ces impressions dans mon spectacle.

Chansons: Piaf, Brel & Me
Image: Neon Eye

 

Vous avez vécu en France, en Allemagne et aux États-Unis. Êtes-vous trilingue?

Oui, je parle couramment le français, l’allemand et l’anglais, mais j’ai aussi quelques compétences en italien et en espagnol. J’aime les langues. Elles ouvrent la porte à d’autres cultures.

 

J’aime voyager et découvrir la vie dans d’autres pays. J’apprends à me connaître en observant comment les gens de différentes cultures interagissent entre eux et naviguent dans leur environnement. J’essaie d’intégrer le meilleur de ces expériences dans mes chansons et mes histoires.

 

Dans mon spectacle musical Chansons : Piaf, Brel & Me, je chante en français, en anglais, un peu d’allemand, et même deux chansons dans d’autres langues.

 

Est-ce un défi de chanter en français alors que ce n’est pas votre langue maternelle?

Le français est une belle langue mélodique, que j’aime parler et qui, lorsque je chante, crée un son très particulier. En ce qui concerne l’articulation, certaines peuvent être difficiles si vous ne les connaissez pas ou surtout si elles sont prononcées rapidement. Par exemple : « Je vous en » se dit en seulement 2 et non 3 syllabes et tout est relié même si les mots sont écrits séparément. On le prononce plutôt comme ceci : « Jvou-sen ». Certaines consonnes peuvent être plus ou moins accentuées en français que dans ma langue maternelle.

 

De nombreux chanteurs allemands ont chanté des chansons françaises, comme Marlene Dietrich La Vie en Rose…..

Comme mon spectacle porte sur les échanges interculturels, mon accent allemand donne une touche internationale particulière à ce cabaret musical intime.

 

Depuis combien de temps chantez-vous et qu’est-ce qui vous a décidé à faire carrière dans ce domaine?

J’ai chanté toute ma vie. Depuis mon enfance, j’ai chanté dans une chorale d’enfants, dans des camps, dans des chorales de concert et dans un groupe. Après mon programme de formation en comédie musicale, j’ai joué dans des comédies musicales et fait des tournées. J’ai fait partie de plusieurs distributions de la comédie musicale Nunsense pendant environ 11 ans, dont l’une a été le spectacle le plus long au monde.

 

Pendant de nombreuses années, j’ai également créé mes propres spectacles, ce qui m’a permis de me produire d’une manière encore plus personnelle. En ligne, je me suis produit pendant toute la durée de la pandémie. Cela m’a permis de me connecter encore plus au monde par-delà les frontières.

 

À l’âge de douze ans, j’ai vu Cats, Les Misérables et Anything Goes. Ce mélange de chant, de jeu, de danse et de connexion avec le public m’a captivé. J’ai commencé un programme d’enseignement du théâtre musical pour apprendre ce qui m’impressionnait tant.

 

Je suis à fond quand un auditorium plein se met à chanter et à applaudir au rythme de mes chansons.  Quand les gens réfléchissent honnêtement à ce qu’ils viennent d’entendre plus profondément. Commentaires humoristiques, sourires, rires, essuyage des larmes. (Les miennes, aussi.)

 

A côté de cela, chanter me donne de la liberté. Les chansons douces ont un effet méditatif sur moi.  Les chansons me permettent d’exprimer des sentiments qui naissent sur le moment, d’une manière que je ne pourrais pas transmettre autrement.

 

Mon amour du chant, du théâtre et de la danse, – de la connexion avec les gens, des voyages et de la création de moments spéciaux par le biais de chansons et de récits, se reflète dans ma profession de chanteuse.

 

C’est un tel plaisir lorsque je me produis devant un public en Europe, en Amérique du Nord ou en Australie. Je suis en contact avec des personnes qui aiment l’art et la musique. Des grands théâtres aux cafés-théâtres intimes, lors de conférences, de spectacles de variétés, sur des bateaux de croisière, lors d’événements et de cabarets… J’ai la chance de créer des moments joyeux, interactifs et mémorables.

Chansons: Piaf, Brel & Me
Image: Joerg Ladwig Photographer

 

Combien de temps avez-vous vécu en France et où? Y avez-vous vécu pour le travail, les études ou autre chose?

J’ai vécu en France pour le travail, les études, les échanges et pour les vacances à plusieurs reprises. Depuis mon enfance jusqu’à maintenant, je passe régulièrement mes vacances en France et je vois mes amis français. La Provence et l’Alsace sont les régions que j’ai le plus visitées.  En tant qu’adolescent j’ai rencontré un étudiant en échange près de Paris afin de pratiquer mon français.

 

Plus tard, j’ai travaillé pour quelques projets à Avignon, Lyon, Nancy, Metz et Strasbourg. Toutes ces expériences en lien avec la France m’ont marquée. J’aime la cuisine française, le design, la haute couture. La façon dont les familles françaises passent du temps ensemble m’a influencée. La musique française m’a accompagné partout où je suis allé. De nombreuses nuances du mode de vie français dans le sud de la France sont devenues une partie de moi.

 

Vous avez présenté votre spectacle au Reykjavik Fringe Festival, au Lathi Fringe Festival, au Edinburgh Festival Fringe, au Living Records Festival et au Sydney Fringe. Comment faites-vous pour transmettre le sens des chansons en français à un public non francophone?

Se produire à l’échelle internationale signifie pour moi que j’adapte mon spectacle chaque fois que je le peux aux besoins du public. J’essaie de parler la langue que la majorité du public parlera. Se produire en anglais, en français et en allemand ouvre les portes à un large public.

 

Pour mon public anglophone, je chante plusieurs chansons en anglais et en français pour mieux communiquer le contenu. Si je chante une chanson entièrement en français, j’explique le plus souvent avant, de quoi il s’agit.  J’ai eu le retour que les différentes langues n’avaient pas d’importance. Mon public a été touché par la musique, mes expressions et les différents sons subtils de ma voix. Les chansons communiquent au-delà des mots.

 

Quel est votre chanteur français préféré et quelle est votre chanson française préférée?

J’ai beaucoup de chanteurs préférés parmi lesquels choisir : Edith Piaf, Charles Aznavour et Jacques Brel, Barbara, Juiliette Greco, Lara Fabian, ZAZ, …

 

J’aime chanter de nombreuses chansons françaises : Padam, Milord et L’Accordéoniste d’Edith Piaf, Comme ils dissent dans le style de Lara Fabian ou Charles Aznavour, Ne me quitte pas et Amsterdam de Jacques Brel, ou Je veux de ZAZ.

 

Il y a une certaine « manière musicale » de la chanson française, qui raconte avec passion des histoires de vie et touche le cœur.

 

Avez-vous une chanson préférée à interpréter et, à l’inverse, une chanson que vous n’aimez pas interpréter?

Il y a beaucoup de chansons que j’aime interpréter en tant que mezzo soprano. Mes chansons préférées doivent raconter des histoires. Elles ont souvent un arc dramaturgique ou un message plus significatif. Les chansons qui sont dans mon spectacle sont mes chansons préférées. D’un point de vue stylistique, j’aime les chansons de tous les genres : chanson, jazz, pop, rock, classique, comédie musicale…

 

Le heavy metal est probablement le style de musique que je préfère le moins, principalement parce qu’il est assez bruyant. D’un autre côté, j’ai entendu des versions orchestrales de certaines de ces chansons qui étaient merveilleuses.

 

Écrire mes propres chansons, c’est magique. Tout à coup, la musique est là, créée par moi.

 

Quant aux chansons américaines, j’adore celles que Barbara Streisand interprète – de Yentl à The way we were. J’adore les interprétations de Liza Minnelli ou d’Idina Menzel. Quant aux chansons allemandes – j’aime Kurt Weill, Georg Kreisler, Friedrich Hollaender et Cross over Songs.

 

J’aime rendre les textes musicalement vivants, créer des moments comiques, surprendre, faire rêver. Dans mon spectacle Chansons : Piaf, Brel & Me, je chante mes chansons françaises préférées qui ont fait le tour du monde comme je l’ai mentionné plus haut.

Image: Neon Eye

À qui s’adresse ce spectacle? Les non-francophiles ou non-francophones peuvent-ils quand même apprécier ce spectacle?

Dans Chansons : Piaf, Brel & Me, je raconte des histoires sur la vie à partir de différentes perspectives. Pour tout type de public, cela peut être enrichissant et agréable. Les publics anglophones et même les publics non-francophiles ont aimé Chansons. Voici quelques commentaires que j’ai reçus de mon public international:

Stefanie Rummel est une chanteuse allemande primée qui interprète des chansons françaises et les narre en anglais. Elle vous fait vivre une soirée pleine de joie de vivre. – Bob Zaslow (auteur de livres pour enfants)

 

En tant que concert, votre prestation est merveilleuse. J’aimerais que vous soyez en tournée (virtuelle ou réelle) pour tous les groupes de langue française et les festivals en Amérique du Nord. Cette joie culturelle a besoin de faire.

 

La qualité, les chansons légendaires avec les significations profondes qui s’y rattachent, offrent un cadeau d’un réel bénéfice. Comme tournée musicale éducative… n’importe où ».

 

Stefanie Rummel est une interprète exceptionnelle, pleine de talent et de personnalité. J’ai vu Chansons trois fois. À chaque fois, j’ai été hypnotisé par la capacité de Stefanie à raconter des histoires, à chanter et à danser. Elle incite son public à regarder le spectacle et nous sommes accrochés. J’applaudis Stefanie Rummel pour avoir créé Chansons – 5 étoiles!– Elaine Davida Sklar (auteur de comédies musicales – ancienne propriétaire de théâtre)

 

J’ai été captivée, tout comme le public – il y a une véritable joie de vivre dans tout son spectacle. J’ai adoré la façon dont elle attire le public avec ses histoires intimes – elle est aussi douée comme actrice que comme chanteuse. Et la partie chantée avec le public a été l’un des nombreux moments forts pour moi aussi. Bravo, Stefanie – Valerie David (actrice)

 

Pourquoi le public devrait-il venir voir Chansons : Piaf, Brel & Me à l’Adelaide Fringe 2023?

Adélaïde, avec son héritage multiculturel, adorera Chansons : Piaf, Brel & Moi. Je raconte des histoires et des chansons inspirantes sur les perspectives et les cultures allemandes, françaises, européennes et internationales. En même temps, je tisse des histoires séduisantes de la France et je décris les facettes de « la manière française ». Vous serez en France pendant une heure sans décalage horaire. Mes chansons et mes histoires touchent des moments universels. Des publics en Allemagne, en France, en Islande, à Malte, au Luxembourg, au Royaume-Uni, en Finlande et aux États-Unis ont apprécié Chansons: Piaf, Brel & Me et certains l’ont décrit comme une « expérience qui touche le cœur ».

 

Des choses à ajouter?

Mais oui ! Au Town Hall d’Adélaïde, je présenterai en personne mon cabaret musical : Chansons: Piaf, Brel & Me. Je suis impatiente de vous y rencontrer. Du 17 février 2023 au 1er mars, vous êtes conviés à participer à un voyage musical sur la France et sur les petits moments de la vie qui sont précieux.  Consultez les dates et le lien vers les billets et parlez-en à vos amis. A bientôt!

Chansons: Piaf, Brel & Me – A musical Cabaret about France
Image: Supplied – Photography: Neon Eye

INFOS CLÉS POUR CHANSONS: PIAF, BREL & ME: A MUSICAL CABARET ABOUT FRANCE

QUOI: Chansons : Piaf, Brel & Me : un cabaret musical sur la France
QUAND: Le spectacle est présenté aux dates et heures suivantes :
  • 18h00, 17, 20 et 22 février
  • 16h30 les 18 et 19 février
  • 16h20 les 25 et 26 février
  • 20 h 30 les 28 février et 1er mars
OÙ : The Garage International @ Adelaide Town Hall, entrée par Pirie St ou Paul Kelly Lane.

COMBIEN : Les prix des billets sont les suivants :

  • Plein tarif : $40.00
  • Tarif réduit : 35,00
  • Ecoles : 25,00
  • Titulaire d’une carte BankSA : 30,00
  • Doublez vos applaudissements : Admission 1 : $80.00
  • Carte de compagnon : Gratuit

PLUS D’INFORMATIONS : Cliquez sur le lien pour accéder au site web personnel de Stefanie et à un site web consacré au spectacle

 

Quelle est votre chanson française préférée ?

Pour d’autres spectacles de l’Adelaide Fringe 2023 avec des liens en français et francophones, cliquez ici.

Lisez également notre entretien avec Les Commandos Percus, qui présenteront leur spectacle Silence! au festival Adelaide Fringe 2023.

Pour les événements français et francophones en février, cliquez ici.

Abonnez-vous

Insérez votre adresse email pour recevoir des notifications lorsque des nouvelles articles sont publiées au sujet de toutes les choses françaises et francophones en Australie