Dans Carmen the Cabaret, Eliane Morel se demande si Carmen est une femme fatale, pourquoi meurt-elle?

Reading Time: 6 minutes

Après avoir fait ses débuts à l’Adelaide Fringe l’année dernière avec Disenchanted, a Cabaret of Twisted Fairy Tales, Eliane Morel revient cette année avec un nouveau spectacle, Carmen the Cabaret. Nous avons discuté avec Eliane de son spectacle.

Carmen the cabaret

Bonjour Eliane, vous revenez à l’Adelaide Fringe, cette fois avec un nouveau spectacle, Carmen the Cabaret. Pouvez-vous nous parler un peu de ce spectacle?

Carmen the Cabaret est une exploration solo (plus accompagnateur) de l’opéra Carmen qui plonge dans son histoire, joue avec sa musique et critique son intrigue ainsi que le sexisme et le racisme sous-jacents de manière humoristique, tout en montrant comment le rôle de Carmen affecte ceux qui le jouent.

 

En tant que mezzo soprano, j’ai interprété le rôle de Carmen à quelques reprises avec Opera Bites, une compagnie spécialisée dans l’accessibilité de l’opéra en le présentant en anglais. En me préparant pour ce rôle, en tant que francophone à moitié vietnamienne, j’ai retraduit toutes les paroles de Carmen du français en anglais, ce qui m’a fait tomber amoureuse du personnage encore plus que je ne l’étais déjà. Elle est drôle, à l’aise avec sa sexualité et sait ce qu’elle veut. C’est aussi une marginale, une femme rom en Espagne.

 

Les gens, y compris son amoureux, Don José, sont attirés par elle à cause de ces qualités.  Mais lorsque j’ai joué Carmen, j’ai entendu des spectateurs la blâmer ensuite pour sa propre mort: « C’est une vraie garce. » « Quelle chipie ! » « Oh mon Dieu, elle l’a vraiment poussé à bout ! » J’ai alors compris que je devais faire un cabaret pour donner aux gens le genre d’aperçu de Carmen que j’avais obtenu en plongeant si profondément dans son personnage.

 

En outre, Daryl Wallis (mon accompagnateur et collaborateur musical) et moi-même voulons vraiment aider le public à apprécier la beauté de la musique de Carmen et à faire l’expérience d’une voix d’opéra dans un cadre intime, tout en jouant avec la musique de Carmen pour explorer comment elle manipule nos pensées et nos émotions.

 

Le spectacle s’inspire de l’opéra Carmen du compositeur français Bizet. Pour ceux qui ne connaissent pas l’opéra, pouvez-vous nous donner un bref résumé?

En bref… l’opéra se déroule dans l’Espagne des années 1830. Carmen est une gitane à l’esprit libre (c’est-à-dire une étrangère) qui travaille comme employée occasionnelle dans une usine de tabac à Séville, mais qui devient trafiquante au noir et savoure sa liberté. Un soldat apparemment coincé, Don José, devient obsédé par elle. Ils ont une relation amour-haine et lorsqu’un autre homme (Escamillo, un torero) entre en scène, Don José devient violent. À la fin, Don José tue Carmen parce qu’il ne peut pas l’avoir pour lui tout seul.

 

Vous avez interprété la Habanera de Carmen plus de fois que vous ne pouvez le compter (et vous avez interprété le rôle 3 fois). Pour ceux qui ne sont pas familiers avec la Habanera, qu’est-ce que c’est?

Si je vous chantais les deux premières mesures, je suis sûr que vous la connaîtriez – la ligne de basse est immédiatement reconnaissable.

 

La Habanera est un type de rythme originaire de La Havane, et c’est aussi le nom de la chanson d’introduction de Carmen où elle explique à tous ceux qui sont présents ses théories sur l’amour: «L’amour est un oiseau sauvage que personne ne peut capturer. Vous pouvez l’appeler, mais il ne viendra pas, s’il n’est pas d’humeur. L’amour est comme un enfant dévergondé. Il ne connaît aucune loi sauf son propre désir. Si tu ne m’aimes pas, je t’aimerai. Et si je t’aime, fais attention! » Donc dans la Habanera, elle se dépeint comme une femme dangereuse à aimer.

 

Lorsque vous ne vous produisez pas dans des spectacles de cabaret, vous êtes la mezzo-soprano principale de la compagnie d’opéra boutique Opera Bites. Qu’est-ce qui vous a attiré vers l’opéra?

Ma mère passait tout le temps des disques d’opéra quand j’étais petit, je me suis donc habitué très tôt au son de l’opéra. Je crois que le premier opéra que j’ai vu était la production cinématographique d’Ingmar Bergman de La Flûte enchantée de Mozart. Je suis tombée amoureux.

 

Mais, comme je l’explique dans le spectacle, je n’aime pas tous les opéras, et je les regarde d’un œil critique et souvent humoristique. C’est probablement la raison pour laquelle j’aime travailler avec Opera Bites: si nous prenons le chant au sérieux, nos productions sont amusantes et souvent un peu ironiques.

 

Quelle formation musicale avez-vous eue? Chantez-vous depuis l’enfance?

Oui, j’aime chanter depuis toujours, et j’ai commencé à prendre des leçons assez tôt, vers l’âge de 10 ans. J’ai commencé mes études d’opéra à la Canberra School of Music, puis j’ai étudié avec Susan Reppion-Brooke, Sue Falk et, depuis environ 8 ans, avec Ghillian Sullivan, qui est également la metteure en scène de ce spectacle.

 

Quand avez-vous décidé de faire carrière dans les arts, et pourquoi?

Depuis que je suis enfant, j’ai toujours voulu écrire pour le théâtre, chanter et jouer. J’ai fini par étudier les trois, et j’ai été attirée par le cabaret parce qu’il combine les trois. Cependant, j’ai fait une pause entre 30 et 44 ans, lorsque j’ai entamé une carrière dans les études de marché pour pouvoir avoir des enfants et rembourser notre prêt hypothécaire. Après avoir fait mon temps dans cette carrière (et j’ai vraiment eu l’impression de faire mon temps!), j’ai recommencé à écrire, à chanter et à jouer la comédie il y a environ 10 ans, et je n’ai jamais regardé en arrière!

 

Votre spectacle de cabaret primé, Disenchanted, s’est penché sur le rôle des femmes dans les contes de fées avec lesquels nous avons grandi et s’est demandé si les méchantes étaient vraiment si mauvaises. Carmen the Cabaret examine le personnage de Carmen et se demande, entre autres, si elle est une femme fatale, pourquoi meurt-elle?

C’est une question très intéressante. Les gens utilisent l’expression femme fatale, et on pourrait penser qu’il s’agit d’une femme qui tue des hommes, non? Dans la Habanera, Carmen prévient les gens que l’aimer est dangereux et qu’il vaut mieux faire attention si elle vous aime, mais à la fin, Don José la tue. Il s’avère que l’amour est bien plus dangereux pour elle que pour lui! Alors peut-être qu’une femme fatale est une femme que les hommes perçoivent comme dangereuse parce qu’elle ne se conforme pas à leurs attentes. J’ai écrit Carmen the Cabaret pour répondre à cette question.

 

Carmen the Cabaret est mise en scène par la légende internationale de l’opéra Ghillian Sullivan. Comment avez-vous été amené à travailler avec Ghillian ?

J’ai assisté à un atelier sur la mise en scène d’opéra que Ghilly dirigeait. Je l’ai trouvée brillante – elle était si bien informée et pleine de bonnes idées, avec un excellent sens de l’humour et du pathos – et elle était un excellent professeur – j’ai donc demandé si elle voulait m’enseigner. Nous nous sommes immédiatement entendues et j’ai toujours aimé travailler avec elle. J’ai été très honoré lorsqu’elle a accepté mon invitation à mettre en scène ce spectacle.

 

Que peut attendre le public de ce spectacle?

Il y a de tout dans ce spectacle: de la bonne musique, de l’humour, du pathos, une séance de spiritisme, un peu de conférence, un peu de chant, et j’espère que cela fera réfléchir tout en étant divertissant.

 

Le public doit-il connaître l’histoire de Carmen ou être amateur d’opéra pour apprécier le spectacle?

Non, comme Opera Bites, je voulais faire quelque chose d’accessible à tous les publics – ceux qui connaissent Carmen et ceux qui ne la connaissent pas, et ceux qui ne connaissent pas du tout l’opéra.

 

Pour ceux qui connaissent Carmen, il vous donnera, je l’espère, un aperçu nouveau et différent de l’opéra. Pour ceux qui ne le connaissent pas, il constituera une excellente introduction à l’histoire, au personnage de Carmen et à tous les meilleurs airs de l’opéra.

 

Cela dit, pour ceux qui pensent ne pas connaître l’opéra, je pense que vous serez surpris du nombre d’airs qui vous sont déjà familiers. Par exemple, si vous pouvez chanter la chanson de l’équipe foot de Geelong, vous connaissez déjà l’un des airs les plus célèbres de Carmenle Toreador.

 

Quelque chose d’autre que vous aimeriez ajouter?

Nous sommes très heureux de revenir à Adélaïde pour le Fringe. L’année dernière, c’était ma première fois à Adélaïde pendant la saison des festivals et pour moi, c’était comme si j’étais au paradis. Les gens d’Adélaïde ont été si gentils et nous ont soutenus et le public a si bien réagi à Disenchanted. Carmen the Cabaret est un spectacle totalement différent, mais Daryl et moi y apportons tous les mêmes éléments que dans Disenchanted: un humour insolent, de la musique et du chant magnifiques, une écriture intelligente et une excellente caractérisation des personnages. Nous pensons que le public va l’adorer!

Nous remercions Eliane Morel pour cette interview et nous avons hâte de voir Carmen le Cabaret à l’Adelaide Fringe 2023.

 

INFO CLÉS POUR CARMEN THE CABARET

QUOI: Carmen the Cabaret

OÙ: The Garage International @ Adelaide Town Hall, 128 King William Street, Ener via Pirie Street or Flinders St Laneways

QUAND: Le spectacle sera présenté aux dates suivantes:

  • 20h40 le mercredi 22 février
  • 20 h 20 le jeudi 23 février
  • 20 h 20 le vendredi 24 février
  • 21 h 10 le samedi 25 février

COMMENT : Achetez vos billets via ce lien: https://adelaidefringe.com.au/fringetix/carmen-the-cabaret-af2023

COMBIEN : Les prix des billets sont les suivants:

  • Plein tarif : 35 $
  • Concession: 30 $
  • Famille : 120
  • Titulaire de la carte Bank SA : 26,25 $
  • Doublez vos applaudissements – 1 entrée : 70
  • Carte d’accompagnateur GRATUITE

Avez-vous déjà vu l’opéra Carmen?

 

Découvrez d’autres spectacles de l’Adelaide Fringe ayant des liens avec le français et le francophone par ici.

 

Pour d’autres événements ayant un lien avec le français et le francophone qui se déroulent en Australie ce mois-ci, consultez notre rubrique Que faire en février

 

Abonnez-vous

Insérez votre adresse email pour recevoir des notifications lorsque des nouvelles articles sont publiées au sujet de toutes les choses françaises et francophones en Australie

La Chandeleur: une journée pour manger des crêpes!

Reading Time: 3 minutes

Le mardi 2 février de chaque année, les Français, et les Belges, célèbrent la Chandeleur avec des crêpes. Découvrez la tradition et les superstitions ci-dessous.

La Chandeleur

Trouvez des crêperies en Australie par ce lien – notez qu’il peut ne pas être à jour.

 

MAIS QU’EST-CE QUE LA CHANDELEUR?

La Chandeleur est toujours célébrée le 2 février, 40 jours après Noël. Son nom vient du latin festa candelarum, qui signifie « fête des chandelles ». Pour les chrétiens et les catholiques, elle représente le jour où l’enfant Jésus a été présenté au temple. Cependant, la Chandeleur trouve son origine dans la célébration des moissons et dans le fait de marquer le milieu de l’hiver.

 

Ce jour est également appelé Chandeleur, ce qui semble être lié aux bougies qui sont allumées pendant les services religieux.

 

En raison de leur forme circulaire, les crêpes étaient considérées comme représentant le soleil et le cercle de la vie.

 

Même si La Chandeleur est une fête religieuse, la tradition de manger des crêpes pour La Chandeleur se perpétue en France, que l’on soit religieux ou non.

MAIS POURQUOI DES CRÊPES POUR LA CHANDELEUR?

En France, la coutume de manger des crêpes remonte au Moyen Âge. Elle est liée au Carnaval et aux fêtes de fin de Carême.

 

LES SUPERSITITIONS DE LA CHANDELEUR

Vous connaissez peut-être les Américains qui célèbrent le Groundhog Day (popularisé par le film du même nom), le même jour que les Français qui fêtent La Chandeleur. Pour les Américains, Groundhog Day est un moyen de déterminer si l’hiver est terminé ou s’il va durer encore longtemps. Pour les Français, une pluie le jour de la Chandeleur signifie 40 jours d’averses supplémentaires, tandis qu’une journée claire et ensoleillée signifie que l’hiver est presque terminé.

 

A la Chandeleur, pluvieuse ou claire,

– Quarante jours d’hiver ont à faire

 

Cela explique la tradition de manger des crêpes (ou des beignets dans le sud de la France) à cette époque. Pendant des siècles, les agriculteurs ont pensé que s’ils ne faisaient pas de crêpes le jour de la Chandeleur, leur blé se gâterait. Les crêpes étaient donc faites avec le blé de la récolte précédente, utilisé en quantité car la prochaine récolte n’était pas loin !

 

Un dicton courant était :

Si point ne veut de blé charbonneux

Mange des crêpes à la Chandeleur.

 

La ChandeleurAlors qu’en Australie et ailleurs, les crêpes peuvent être considérées comme quelque chose que l’on mange au petit-déjeuner, les Français mangeront des crêpes pour le dîner de la Chandeleur.

 

Dans certaines régions de France, on croit que vous serez prospère et heureux jusqu’à la Chandeleur suivante si vous êtes capable de retourner les crêpes (sans les faire tomber) avec votre main gauche tout en tenant une pièce de monnaie dans la droite. Mais même le simple fait de manger des crêpes pour la Chandeleur est censé rapporter de l’argent, selon un dicton français:

 

Qui mange des crêpes quand la Chandeleur est arrivée,

est sûr d’avoir de l’argent pendant l’année.

 

Pour avoir de la chance le reste de l’année, certains pensent qu’il ne faut pas manger la première crêpe mais plutôt la cacher dans un tiroir ou une autre cachette. En Île de France et en Vendée, la première crêpe était ensuite enroulée autour de la pièce d’or et portée en procession par toute la famille jusqu’à la chambre à coucher où elle était placée en haut de l’armoire jusqu’à l’année suivante. Les restes de la crêpe de l’année précédente étaient alors ramassés et la pièce qu’elle contenait était donnée au premier pauvre qui passait par là.

 

Que vous soyez superstitieux ou non, si vous cherchez une excuse pour manger des crêpes avec un grand abandon, La Chandeleur est la bonne !

Pour d’autres événements organisés en février, consultez notre article intitulé Que faire en février

 

Abonnez-vous

Insérez votre adresse email pour recevoir des notifications lorsque des nouvelles articles sont publiées au sujet de toutes les choses françaises et francophones en Australie