CRITIQUE: The Rite of Spring et common ground[s] au Festival d’Adélaïde

Reading Time: 6 minutes

Le festival d’Adélaïde 2022 a vu la première australienne d’un programme double comprenant une nouvelle production du The Rite of Spring (Le Sacre du printemps) de Pina Bausch et une pièce nouvellement créée, common ground[s].

The Rite of Spring / common ground[s]
Images: Andrew Beveridge
La soirée s’est ouverte avec common ground[s], une nouvelle pièce de danse, chorégraphiée et interprétée par Germaine Acogny et Malou Airaudo.

 

Germaine Acogny, connue comme la mère de la danse africaine, est la cofondatrice de l’influente École des Sables de Toubab Dialaw, au Sénégal, un centre d’enseignement et de développement de la danse africaine traditionnelle et contemporaine, et une admiratrice de longue date de l’œuvre de Pina Bausch. C’est l’École des Sables d’Acogny qui a coproduit la version du The Rite of Spring que nous verrons ensuite. La coproduction avec la Fondation Pina Bausch et le Sadler’s Wells de Londres a recruté 38 danseurs (parmi plus de 200 qui ont envoyé des bandes d’audition) de 14 pays africains pour interpréter l’œuvre.

 

Malou Airaudo, née à Marseille, danse depuis l’âge de 8 ans. Après avoir rencontré Pina Bausch à New York au début des années 1970, cette dernière l’invite à la rejoindre à Wuppertal, en Allemagne, où le directeur des théâtres de la ville, Arno Wüstenhöfer, vient de la nommer à la tête du Ballet de Wuppertal, qu’elle rebaptise bientôt Tanztheater Wuppertal. Airaudo devient l’une des figures clés de l’ensemble, créant des rôles majeurs dans diverses productions, telles qu’Iphigenie auf Tauris, Orpheus und Eurydike, Café Müller et dansant The Rite of Spring ainsi que dans de nombreuses autres pièces

 

common ground[s] commence par une obscurité et un silence complets dans le théâtre, avant que la toile de fond ne passe lentement du noir à l’orange, comme le lever du soleil (éclairagiste: Zeynep Kepekli). Lentement, nous distinguons les silhouettes de deux personnes assises sur la scène sur le fond orange. Un peu plus de temps passe avant que nous ne voyions clairement les femmes.

common ground[s]
Image: Andrew Beveridge
Les premiers mouvements sont de Malou Airaudo qui, de sa position assise, se tourne vers Germaine Acogny pour l’étreindre. Tout au long de la pièce, il y a plusieurs moments de ces tendres étreintes. Sont-ils amantes? Sont-ils des membres de la famille? Germaine Acogny est-elle en deuil? Si elle est en deuil, est-ce qu’elle pleure sa fille [ALERTE SPOILER] qui danse jusqu’à sa mort dans le spectacle suivant, The Rite of Spring?

 

Dans ce décor assez minimaliste, il y a une utilisation particulièrement astucieuse d’un grand bâton, qui semble d’abord être une lance, devient peu après une rame, et à la fin de la pièce, un bâton de piétinement.

 

Parfois, les deux artistes se reflètent mutuellement dans leurs mouvements, d’autres fois, il y a une juxtaposition entre les mouvements fluides de Malou Airaudo et les mouvements plus rigides de Germaine Acogny.

 

À un moment donné, Germaine Acogny semble discuter avec les Cieux, comme si elle demandait pourquoi. Peu de temps après, elle éclate de rire, et les deux femmes se mettent à chanter – elles rient en parlant en français de tous les gens qu’elles ont connus (« les gens que j’ai rencontré »). Il n’y a pas de surtitres, leurs voix ne sont pas amplifiées, donc une grande partie du public australien non francophone a pu se demander de quoi elles parlaient et chantaient. Ensuite, Acogny répète sans cesse « l’oiseau était rouge et noir » – s’agit-il de l’oiseau qui vient d’être projeté sur une feuille qui pendait du plafond?

common ground[s]
Image: Andrew Beveridge
D’autres projections suivent, une photo d’un homme africain, portant un costume pâle, un nœud papillon et un chapeau. Puis de deux enfants. Aucune explication n’est donnée quant à leur identité : s’agit-il de membres de la famille de ces femmes? Les enfants sont-ils ces femmes?

 

Nous voyons à nouveau les femmes assises, cette fois-ci en train de se laver les pieds avant que Germaine Acogny ne trempe un morceau de tissu dans l’eau et se déplace lentement sur la scène, comme si elle faisait des pas sur une patinoire.

 

Tout au long de la pièce, on ressent une tristesse ou un chagrin accablant dans les mouvements de Germaine Acogny, mais on ne sait jamais pourquoi.

 

L’écran de fond devient d’un bleu-violet foncé, le jour se transforme en nuit. Les femmes reprennent leur position assise et Malou Airaudo tape son pied alors que les lumières s’éteignent et que common ground[s] se clôt.

 

common ground[s] est une pièce de danse émouvante qui détaille une journée dans la vie de deux femmes. Nous ne connaissons pas leur passé, ni qui elles sont l’une pour l’autre. La tendresse de common ground[s] était la pièce d’ouverture parfaite pour le rythme frénétique du The Rite of Spring qui allait suivre.

 

Pendant l’entracte, ceux d’entre nous qui sont restés à l’intérieur du Her Majesty’s Theatre ont pu assister aux efforts considérables nécessaires pour préparer la scène du The Rite of Spring. Une grande couverture de scène blanc cassé a été martelée avant que pas moins de neuf grands bacs ne soient transportés sur scène et renversés (chacun par 4 ou 5 personnes), vidant et ratissant la terre sur et à travers la scène. Bien que vous puissiez être au plus près de la scène au premier rang, vous courez le risque d’avoir de la terre dans les yeux lorsque les danseurs s’approchent!

The Rite of Spring
Image: Andrew Beveridge

The Rite of Spring s’ouvre sur une femme allongée sur un morceau de tissu rouge – un contraste saisissant avec la noirceur de la terre sur laquelle elle repose. Peu à peu, les autres femmes se précipitent sur la scène, d’abord une par une, puis par deux. Un mot qui m’est venu à l’esprit fréquemment tout au long des 35 minutes de la représentation est frénétique. Les femmes sont de plus en plus inquietes, effrayées et affolées par cette robe rouge. Elles réagissent parfois violemment, comme si elles étaient possédées. Leurs mouvements ressemblent parfois à des convulsions. Lorsque les hommes apparaissent sur scène, les femmes se dispersent sur la scène. À un moment donné, la robe ressemble un peu au jeu  » patate chaude, patate chaude « , les femmes se la lançant l’une à l’autre – personne ne veut tenir cette robe – et donc être celle qui la portera et dansera jusqu’à sa mort fatale.

 

La peur des femmes, qui se recroquevillent parfois sous la présence des hommes, et souvent sur les rythmes menaçants de la partition, est palpable. Nous ressentons leur angoisse, non seulement d’être potentiellement l’élue, mais aussi de devoir sacrifier l’une des leurs. À un moment de la représentation, les femmes, une à une, se séparent de leur groupe dans le coin arrière de la scène, tenant le tissu rouge en boule. Vont-elles quitter leur foule? Cette partie était incroyablement puissante – leurs pas précipités vers la sécurité du groupe.

 

Les hommes sont tantôt menaçants, tantôt angoissés par le sacrifice qu’ils sont sur le point de faire. La femme choisie pour porter la robe rouge danse jusqu’à l’épuisement : elle tombe, se relève, danse encore, puis tombe sur la scène pour ne plus se relever…

The Rite of Spring
Image: Andrew Beveridge

N’ayant jamais vu la version du The Rite of Spring de Pina Bausch auparavant, je la voyais pour la première fois dansée par ces incroyables danseurs venus de 14 pays du continent africain. Habituellement, la Fondation Pina Bausch transmet les chorégraphies de Pina Bausch à des ensembles internationaux. Ici, cependant, elle a décidé que pour transmettre The Rite of Spring, elle ne voulait pas d’une compagnie existante mais plutôt d’un ensemble de danseurs qui se réunissent spécifiquement pour répéter cette pièce.

 

Ce programme double de common ground[s] et The Rite of Spring a été incroyablement bien accueilli, avec une ovation debout de la part de nombreux spectateurs.

The Rite of Spring

🥐🥐🥐🥐🥐

5 CROISSANTS

Matilda Marseillaise était l’invitée de l’Adelaide Festival

 

La saison d’Adelaide Festival du The Rite of Spring et de common ground[s] est maintenant terminée.

 

Pour les autres spectacles de l’Adelaide Festival avec des liens français, lisez cet article

 

Abonnez-vous

Insérez votre adresse email pour recevoir des notifications lorsque des nouvelles articles sont publiées au sujet de toutes les choses françaises et francophones en Australie

Les liens français des artistes de l’Adelaide Fringe

Reading Time: 4 minutes

La semaine dernière, nous vous avons parlé des spectacles à thème français au festival Adelaide Fringe 2022, cette semaine nous vous parlons des liens français dans les artistes de l’Adelaide Fringe.

artistes de l'Adelaide Fringe

 

DES ARTISTES FORMÉS EN FRANCE AU FESTIVAL
DE L’ADELAIDE FRINGE

 

Garry Starr - Adelaide Fringe performersGarry Starr: Greece Lightning

LIEN FRANÇAIS : Damien Warren-Smith, alias Garry Starr, a suivi une formation de clown à l’École Philippe Gaulier à Paris.

Un idiot trop zélé tente d’interpréter toute la mythologie grecque en moins de 60 minutes afin de sauver sa patrie hellénique de la ruine économique.

Jamais Méduse n’a été aussi détendu, Achille aussi bête, ou Uranus aussi odieux.

 

Lucy and Me - Adelaide Fringe performersLucy and Me

LIEN FRANÇAIS: Nicolas Angelosanto (voir Plastica Fantastica ci-dessous) est un idiot formé professionnellement sous le style de clown de Philippe Gaulier en France.

Rejoignez Sphenn, un homme, et sa meilleure amie Lucy, une belle bicyclette rouge des années 1950, dans un voyage comique sublime dans un monde d’absurdité et de manigances quotidiennes, alors qu’ils s’attaquent à leurs problèmes avec un panache et un style que seul le plus majestueux des idiots est capable de produire.

 

Manbo - Adelaide Fringe performersMANBO

LIEN FRANÇAIS : Sam Dugmore a étudié à l’École internationale de théâtre Jacques Lecoq à Paris. C’est également là qu’il a rencontré les autres membres de The Latebloomers, une compagnie internationale d’artistes du Royaume-Uni, de Suède et d’Australie.

MANBO est l’un des plus grands héros d’action de tous les temps. Il doit mettre à profit ses compétences d’homme impitoyable pour affronter sa plus grande némésis… lui-même. Une mission mortelle remplie de calamités, de montages d’entraînement des années 80, d’explosions, de méchants Russes, d’émotions brutes réprimées et d’un chien appelé Fluffy.

Un homme contre lui-même.

 

Plastica FantasticaPlastica Fantastica

LIEN FRANÇAIS : L’interprète Jennifer et le réalisateur Nicolas (voir Lucy and Me ci-dessus) ont commencé à travailler sur ce spectacle lorsqu’ils étudiaient avec Philippe Gaulier dans son école en France.

Lisez notre critique de ce spectacle au festival Adelaide Fringbe 2020 ici.

Un one-woman show comique sur une femme qui est accro au plastique mais qui tombe en morceaux quand elle découvre qu’elle y est allergique!

 

LES ARTISTES DE L’ADELAIDE FRINGE QUI ONT PASSÉ DU TEMPS EN FRANCE

 

artistes de l'Adelaide FringeKym Purling & Co. in Music on the Menu

LIEN FRANÇAIS : Kym Purling est basé entre Paris et New York

Un dîner et un spectacle de Kym Purling au Luigi Delicatessen. Kym est ll’une des plus grandes exportations musicales d’Australie. Connu pour son travail en tant que pianiste de jazz, chef d’orchestre pour des spectacles de Broadway et réalisateur musical et pianiste pour des légendes de la chanson comme Engelbert Humperdinck et Natalie Cole, il revient en Australie après 24 ans de représentations dans 144 pays.

Il s’agira des premiers spectacles de l’Adelaide Fringe pour cet artiste basé à New York et à Paris, et de la première fois qu’il chantera sur scène en Australie.

 

artistes de l'Adelaide FringeClassique Nu

LIEN FRANÇAIS : Shakti est francophone et a présenté Classique Nu au Festival d’Avignon.

Classique Nu est la danse dans sa forme la plus pure.

L’éternelle musique classique occidentale qui ne vieillit pas avec le temps et la beauté et la vulnérabilité du corps et de l’âme humaine sont dépeintes dans cette pièce.

Shakti danse nue avec une interprétation pleine de sérénité, d’émotion et de beauté sur la musique classique. Ses postures sculpturales rappellent les temples hindous et imaginent une déesse descendant des cieux.

 

artistes de l'Adelaide FringeBiddy O’Loughlin: Funny girl, sad songs

LIEN FRANÇAIS : Biddy O’Loughlin a vécu dans un château en France

Biddy O’Loughlin tisse son histoire à travers un stand up de comédie noire et mordante et des chansons douces et tristes.

Elle a vécu dans un château en France et dans les ruisseaux de Los Angeles. De la scène dans les rues du monde entier à l’accouchement dans sa ville natale, il y a beaucoup de choses à dire et à chanter.

 

Just like old times

LIEN FRANÇAIS : Brendan O’Donnell et Peri Strathearn étaient coincés dans un petit village français en 2002.

Brendan O’Donnell et Peri Strathearn, du groupe The Ides, se réunissent pour leur premier concert en sept ans. Attendez-vous à des chansons originales de leur ancien groupe, décrites comme « piano pop sur le thème des sitcoms », à des morceaux qu’ils ont écoutés sur un Discman Sony alors qu’ils étaient bloqués dans un petit village français en 2002, et à des souvenirs amusants.

Quels spectacles allez-vous voir au festival l’Adelaide Fringe 2021?

 

Abonnez-vous

Insérez votre adresse email pour recevoir des notifications lorsque des nouvelles articles sont publiées au sujet de toutes les choses françaises et francophones en Australie