Dernière chance de voir le spectacle avant Blanc de Blanc Encore avant qu’il ne parte à Newcastle

Reading Time: 4 minutes

Blanc de Blanc Encore est un des grands spectacles qui joue au festival Adelaide Fringe cette année et qui sera joué à Newcastle dans quelques semaines. Nous avons parlé avec Remi Martin Lenz, qui fait partie du spectacle.

Blanc de Blanc Encore
Image: Prudence Upton

Remi, vous faites partie de la troupe qui joue dans le spectacle Blanc de Blanc Encore. Combien de temps est-ce que vous faites partie de ce spectacle?

Je suis le Cast original, alors fait partie du début et la création du spectacle

 

Combien de temps travaillez-vous avec Strut & Fret, la compagnie responsable pour le spectacle?

Je travaille avec Strut n fret depuis 5-6 ans.

 

Pour ceux qui ne le connaisse pas, parlez-nous un peu du spectacle Blanc de Blanc Encore et aussi de votre rôle dans ce spectacle.

C’est un spectacle pour adulte sur le thème champagne et party. Je suis le host, comédien et Acrobat dans le spectacle. Un peu le mec pour tout quoi.

 

Comment est-ce que Blanc de Blanc Encore est-il différent aux autres spectacles du cirque qu’on verra au festival Adelaide Fringe?

On est un cast très international, on vient un peu partout du monde. Les artistes sont très professionnels qui travaille aussi dans les grands compagnies comme Cirque du Soleil et autres.

 

Le spectacle est de haut niveau dans plein Discipline du cirque, musique et comédie

Vous êtes né près de Frankfurt d’une mère française et un père allemand. Vivez-vous en Australie maintenant? Si oui, depuis longtemps?

Non je vis à Berlin mais suis plus que 50% de l’année en Australie en tournée avec les spectacles de Strut n fret.

 

Donc vous parlez allemand, français, anglais – et d’autres langues encore?!

Malheureusement pas plus que ça.

 

Vous êtes diplômé de l’école des arts de cirque de Berlin en 2007. Parlez-nous un peu de cette formation et de cette école.

C’est une école professionnelle de arts du cirque et de la danse ballet. Je suis allé que 2 ans car j’ai commencé un peu dans a l’âge de 21 ans. Normalement ça commence à l’âge de 14/15 ans

 

Je me suis spécialisé sur le mat chinois, un mat vertical de 6 m hauteur. Mais depuis je me suis développé plus vers la comédie et le théâtre physique.

 

Vous spécialisez dans le mat chinois. Pourquoi avez-vous choisi le pôle chinois comme spécialisation?

Quand j’ai commencé le mat chinois en 2005 il avait très peu d’artiste dans cette discipline et j’ai pu créé, inventer un nouveau style.

Blanc de Blanc Encore

Est-ce que vous avez fait des gymnastiques ou des cours de cirque en tant qu’enfant?

J’ai fait les premières expériences de cirque à l’âge de 18 ans dans un club de cirque à l’école. Avant, j’ai fait 17 ans de judo. Pas de gymnastique. Et aussi le théâtre classique à l’âge de 10 ans avant d’aller à Berlin.

 

Quand est-ce que vous avez décidé de faire le cirque comme métier?

Je savais à l’âge de 10 ans que je veux travailler dans le monde du théâtre et cirque.

 

Quand vous ne jouez pas dans le spectacle Blanc de Blanc Encore, dans quels spectacles jouez-vous? Etes-vous (peut-être avant la COVID) souvent en tournée autour du monde?

Je travaille dans différentes compagnies partout en monde. Depuis 6 ans beaucoup aussi avec mon propre spectacle   « liar – Life is a rehearsal » théâtre physique. On a présenté ce spectacle en 2020 à Perth et Adélaïde

 

Comment est-ce que vous avez passé les périodes de confinement COVID quand vous ne pouvez pas faire des spectacles?

Voyage voyage 😉

Blanc de Blanc Encore

Comment restez-vous en forme lorsque vous faites des spectacles tous les soirs et vous êtes en tournée?

Je dors beaucoup et passe les après-midis à la plage et bouge pas trop 😉

 

Vous avez fait des représentations pour plusieurs compagnies et a plusieurs festivals autour du monde. Vous avez aussi joué pour la Reine d’Angleterre en 2012. Quel a été le point culminant de votre carrière jusqu’à la?

D’être invité par la reine été bien sûr un de mes Peaks de carrière c sur. Sinon d’être capable de travaille, voyager avec mon propre spectacle est génial.

 

Pourquoi les gens devraient-ils venir voir le spectacle Blanc de Blanc Encore?

C’est le Headliner du festival et une grosse fête.

— 

Nous remercions Remi pour cette interview. Vous pouvez le voir dans Blanc de Blanc Encore au festival Adelaide Fringe jusqu’à ce dimanche et ensuite à Newcastle du 31 mars au 1 mai.

 

INFOS CLÉS POUR BLANC DE BLANC ENCORE

 

ADELAIDE FRINGE

QUOI : Blanc de Blanc Encore

QUAND : tous les soirs (sauf le lundi) jusqu’à la fin du festival Adelaide Fringe (20 mars) à 20h30 et aussi a 23h le vendredi et le samedi

OÙ:  The Spiegeltent dans le Garden of Unearthly Delights, Rundle Park, Adelaide

COMMENT : Achetez vos billets par ce lien: https://adelaidefringe.com.au/fringetix/blanc-de-blanc-encore-af2022

COMBIEN: Le prix des billets varie de 59 $ pour les « places bon marché » à 119 $ pour les VIP au bord du ring (avant les frais de réservation).

 

SPIEGELTENT NEWCASTLE

QUOI : Blanc de Blanc Encore

QUAND : tous les soirs (sauf le lundi) du 31 mars au 1 mai

OÙ:  Spiegeltent Newcastle, Newcastle

COMMENT : Achetez vos billets par ce lien:https://www.eventbrite.com.au/o/blanc-de-blanc-encore-spiegeltent-newcastle-40646738323

COMBIEN: Le prix des billets varie de 62.69 $ pour les « places bon marché » à 114.70 $ pour les VIP au bord du ring (les frais de réservation sont compris)

 

Quel est votre numéro de cirque préféré?

 

Pour d’autres évènements avec liens avec la France ou la francophonie, regardez notre article Que faire en mars.

 

Abonnez-vous

Insérez votre adresse email pour recevoir des notifications lorsque des nouvelles articles sont publiées au sujet de toutes les choses françaises et francophones en Australie

Disenchanted: A Cabaret of Twisted fairy tales vous raconte l’autre version des faits de ces histoires d’enfance

Reading Time: 8 minutes

Eliane Morel présente son spectacle primé Disenchanted : A Cabaret of Twisted Fairy tales au festival Adelaide Fringe dès la semaine prochaine. Ce spectacle est l’un des nombreux spectacles à thème français présentés au festival Adelaide Fringe cette année. Nous avons discuté avec elle de son spectacle, des contes de fées, des salons français et de leurs salonnières.

Disenchanted: A cabaret of twisted fairy tales

 

Eliane, vous présentez votre spectacle Disenchanted : A cabaret of twisted fairy tales au festival Adelaide Fringe pour la première fois. Que peut-on attendre de votre spectacle à l’Adelaide Fringe?

Disenchanted est un cabaret qui se déroule dans un salon en 1699, animé par une véritable figure historique française, Marie-Catherine le Jumel de Barneville, Baronne d’Aulnoy, connue sous le nom de Madame d’Aulnoy. Mais là s’arrête l’exactitude historique. Car dans ce salon, les invités de Madame d’Aulnoy sont des personnages de contes de fées qui se sentent obligés de raconter leur version de l’histoire, celle qui a été ignorée jusqu’à présent.

 

Je joue tous les personnages (vous devez venir voir le spectacle pour savoir qui ils sont), et mon accompagnateur et réalisateur musical, Daryl Wallis, joue le rôle du célèbre compositeur et claveciniste français François Couperin.

 

Disenchanted: A Cabaret of Twisted Fairy Tales

Qu’est-ce qui vous a inspiré à créer ce spectacle?

Disenchanted a commencé sa vie lors d’un dîner organisé par ma nièce, qui avait alors 9 ans. Elle nous invitait à venir déguisés en personnages de contes de fées, et à chanter une chanson ou à raconter une histoire dans la peau de ce personnage. En un après-midi magique, j’ai écrit une chanson du point de vue d’Olga, l’une des vilaines sœurs de Cendrillon. De là a germé l’idée de créer un cabaret basé sur les histoires des personnages secondaires des contes de fées dont les histoires sont négligées et qui ont le sentiment d’avoir été mal représentés.

 

Après avoir écrit quelques chansons, je cherchais quelque chose pour encadrer le cabaret et j’ai découvert la véritable « marraine des contes de fées » – Marie Catherine le Jumel de Barneville, Baronne d’Aulnoy – l’hôtesse d’un salon parisien du 17ème siècle qui a inventé le terme « contes de fées » et qui était un personnage assez subversif dans son propre droit. Le spectacle Disenchanted se déroule donc dans le salon de Madame d’Aulnoy.

 

Les contes de fées ont-ils occupé une place importante dans votre enfance?

Bien sûr! Comme beaucoup d’enfants, j’étais fascinée par les contes de fées dès que mes petits yeux tombaient sur les pages d’un livre de contes de fées. Je suis maintenant membre de l’Australian Fairy Tale Society, et je pense qu’il est juste de dire que beaucoup, beaucoup d’entre nous qui ont aimé les contes de fées dans leur enfance l’ont fait parce que c’était notre échappatoire au monde quotidien.

 

Quel était votre conte de fées préféré quand vous étiez enfant?

Barbe Bleue. J’en avais des frissons dans le dos, mais c’était une si belle histoire – presque plus un thriller qu’un conte de fées! Cependant, la morale de Charles Perrault à la fin du conte fait froid dans le dos – ne soyez pas curieuses, les filles! J’ai raconté l’histoire du point de vue de l’une des épouses décédées – quel est leur message aux vivants?

 

Les contes de fées doivent-ils être réécrits pour le public moderne? Si oui, comment?

Bien sûr. Contrairement aux histoires bibliques, par exemple, les contes de fées ont toujours été adaptés à leur époque. Dans les versions antérieures de La Belle au bois dormant, par exemple, la princesse comateuse est fécondée de jumeaux par le prince, et se réveille en leur donnant naissance! Vous imaginez? Dans la version que nous connaissons, popularisée par Disney, le prince charmant réveille la princesse par un baiser. Dans ma version, la princesse rappelle au prince qu’elle n’a consenti à aucun contact physique dans son sommeil…

 

Disenchanted
Mme Aulnoy

Dans Disenchanted, nous entrons dans le salon de Mme d’Aulnoy, au XVIIe siècle. Qui était-elle et à quoi servait son salon?

Au XVIIe siècle, un salon était un lieu où les femmes et les hommes pouvaient se réunir pour discuter de nouvelles idées – philosophie, littérature, art, science. Mme d’Aulnoy était l’hôtesse d’un tel salon. Dans le salon de Mme d’Aulnoy, et dans celui de plusieurs autres femmes de son époque, elles se racontaient des contes subversifs – se moquant de la royauté et défiant les normes sociétales (en mettant en scène, par exemple, des héroïnes portant des vêtements d’homme) où les fées (et non Dieu) étaient les êtres qui contrôlaient le destin des mortels.  Ils appelaient ces histoires « contes de fees » et Mme d’Aulnoy a été la première personne à inventer ce terme.

 

Depuis combien de temps écrivez-vous des pièces et depuis combien de temps êtes-vous actrice?

J’écris des petites pièces et je joue dedans depuis que je suis enfant. J’allais à la garderie après l’école et nous avions l’habitude d’inventer des pièces et de les montrer à nos parents. J’ai toujours aimé écrire des petits dialogues humoristiques entre les gens. Un jour, mon professeur d’histoire m’a suggéré d’écrire une petite pièce de théâtre au lieu d’une dissertation sur les moines. Je n’arrivais pas à croire que quelque chose d’aussi amusant était autorisé à l’école, mais je suis sûre que c’était beaucoup plus amusant à lire pour lui aussi!

 

J’ai commencé à prendre l’écriture théâtrale plus au sérieux à l’université, et j’ai gagné un prix pour une pièce intitulée « The Cabbage Patch Kid », qui parlait d’une fille dans le coma qui est fécondée par un embryon in-vitro. Mon Dieu, ça ressemble beaucoup à la première version de la Belle au bois dormant!

 

En même temps, j’ai toujours voulu être un acteur. Maintenant, je peux faire les deux!

 

Disenchanted: A Cabaret of twisted fairy tales

Quand et comment avez-vous su que vous vouliez travailler dans le théâtre?

J’y ai pris goût pour la première fois lorsque mon école à Canberra a monté une production du Songe d’une nuit d’été de Shakespeare et que j’ai joué Titania. Depuis lors, j’ai toujours aimé le théâtre. C’est un moyen d’expression très spécial, ancien et intemporel. J’aime le contrat que le public et les artistes concluent pour créer ensemble des mondes dans nos esprits. C’est vraiment magique.

 

Vous travaillez aussi actuellement avec l’Australian Fairy Tale Society sur un spectacle consacré aux salonnières françaises du XVIIe siècle. Pourriez-vous nous parler un peu de l’Australian Fairy Tale Society et de ces salonnières?

L’Australian Fairy Tale Society est un groupe australien de personnes qui s’intéressent aux contes de fées. Tout le monde peut y adhérer, nous nous réunissons régulièrement (en ligne ou en personne) et nous discutons des contes de fées en profondeur – un peu comme un club de lecture, mais en choisissant un conte tous les deux mois. C’est très intellectuel et vivant, et il y a beaucoup de gens merveilleux. C’est la Fairy Tale Society qui m’a présenté ma costumière extrêmement talentueuse, Livonne Larkins.

 

Un petit groupe d’entre nous travaille sur une émission sur YouTube consacrée aux Salonnières de Paris à la fin du XVIIe siècle, qui se réunissaient pour se raconter des contes de fées et qui ont ensuite publié nombre de leurs contes. Leur vie était pleine de scandales et d’intrigues – travestissements, liaisons, espionnage, meurtres, empoisonnements, enlèvements et emprisonnement dans des couvents figurent parmi les événements de leur vie. Et parmi tout cela, elles ont trouvé nécessaire de raconter des histoires dans lesquelles elles trouvaient du réconfort et pouvaient s’évader dans un monde qui, bien que tout aussi tumultueux, était gouverné par des fées plutôt que par des rois tyranniques.

 

Tout comme les contes de fées et les fables contenaient souvent des messages pour leurs lecteurs, y a-t-il un message que vous espérez faire passer avec Disenchanted?

Le message principal de Désenchantée est de remettre en question les histoires que nous considérons comme immuables, et de se demander « Est-ce toute l’histoire? Y a-t-il une autre facette de l’histoire? Comment le monde change-t-il lorsque je commence à écouter des personnes dont les histoires n’ont pas été racontées auparavant?’. #MoiAussi

 

Vous avez écrit Disenchanted : A Cabaret of Twisted Fairy Tales et vous jouez tous les personnages. Quels sont les défis à relever pour écrire et jouer dans un même spectacle?

Les changements de costumes! Lisser les changements de costumes pour qu’il n’y ait pas de « temps mort » pour le public. J’ai fait concevoir de nouveaux costumes par la costumière Livonne Larkins, et je me suis beaucoup entraînée pour que les transitions soient fluides. Ces changements de costumes sont probablement la chose la plus difficile du spectacle!

 

Êtes-vous avant tout une dramaturge ou une actrice ?

J’aime faire du théâtre, et je pense que j’aime avoir le contrôle, donc je penche probablement plus vers le dramaturge que vers l’actrice. Mais en ce moment même, je joue dans une pièce de Caryl Churchill, « Hotel », et j’aime vraiment être au service de son texte. Le processus de l’acteur qui consiste à interroger le texte et à créer toute une histoire pour nos personnages afin d’enrichir notre jeu est très créatif en soi – donc en fait, il n’y a probablement pas beaucoup de différence!

 

Disenchanted

Vous êtes d’origine vietnamienne et vous parlez français. Combien de langues parlez-vous?

Je ne parle qu’un tout petit peu de vietnamien, mais je parle couramment le français (surtout quand je suis en France depuis un certain temps!) J’ai appris l’italien à l’école et je pense que je le parle assez bien, mais je n’ai pas eu l’occasion de le pratiquer beaucoup ces derniers temps – sauf si je chante en italien.

 

Y a-t-il des contes de fées vietnamiens qui ne sont pas connus en dehors du Vietnam? Avez-vous un favori?

Oui, il y a beaucoup de contes de fées vietnamiens. Mon préféré est probablement « Tam et Cam », une histoire semblable à celle de Cendrillon avec quelques détails supplémentaires et intrigants.

 

Pourquoi les gens devraient-ils venir voir votre spectacle au festival Adelaide Fringe?

En ce qui concerne le cabaret, je pense qu’il y a tout ce qu’il faut: de belles chansons, des airs accessibles, des histoires surprenantes, des rires, de l’humour, des peines de cœur et des chansons révolutionnaires entraînantes. Nous avons remporté le titre de « Meilleur spectacle » devant des salles combles aux festivals Fringe de Newcastle et de Dubbo en 2021, donc les critiques et le public ont été impressionnés.

 

À qui s’adresse le spectacle?

Toute personne âgée de plus de 14 ans, toute personne ayant un intérêt passager pour les contes de fées, toute personne intriguée par les salons parisiens du 17e siècle, toute personne aimant l’opéra, les comédies musicales ou le chant, toute personne aimant une bonne histoire. Les femmes en particulier adorent ce spectacle, mais cela dit, beaucoup d’hommes m’ont dit à quel point ils l’appréciaient aussi.

 

D’autres choses à nous dire?

Venez découvrez par vous-même! C’est agréable pour tout le monde.

Nous remercions Eliane pour cette interview et nous avons hâte de voir Disenchanted: A cabaret of twisted fairy tales at Adelaide Fringe.

INFOS CLÉS POUR DISENCHANTED À ADELAIDE FRINGE

QUOI : Disenchanted: A cabaret of twisted fairy tales

QUAND :

mar. 1 mars – ven. 4 mars : 20 h 20

mar 8 Mar – jeu 10 Mar : 19h30

sam 12 mars : 19h00

dim 13 mars : 16h30

mar 15 mars – mer 16 mars: 19h30

jeu 17 mars : 18h00

OÙ : The Garage International @ Adelaide Town Hall, 128 King William St, ADELAIDE

COMMENT : Achetez vos billets sur le site web de l’Adelaide Fringe : https://adelaidefringe.com.au/fringetix/disenchanted-a-cabaret-of-twisted-fairy-tales-af2022

COMBIEN :

Le prix des billets pour Disenchanted : A cabaret of twisted fairy tales sont les suivants (hors frais de transaction)

Plein tarif : 30,00 $
Tarif réduit : 27,00 $
Enfant : 27,00 $
Famille : 108,00 $
Titulaire de la carte BankSA : 22,50 $
Doublez vos applaudissements : Admission 1 : 60,00 $

 

Quel était votre conte de fées préféré quand vous étiez enfant?

Abonnez-vous

Insérez votre adresse email pour recevoir des notifications lorsque des nouvelles articles sont publiées au sujet de toutes les choses françaises et francophones en Australie