Alexandre Rougeot de Clos Cachet nous parle de vin

Reading Time: 7 minutes

Alexandre Rougeot est le fondateur de Clos Cachet, un importateur du vin français en Australie. On lui a parlé longuement de Clos Cachet, de sa famille et du vin bien sur!  A travers les mois à venir, on vous propose de faire connaissance des importateurs du vin français en Australie. Commençant d’abord par Alexandre Rougeot de Clos Cachet.

Clos Cachet:
Image: Alexandre Rougeot, Clos Cachet

 

Alexandre Rougeot, lorsque l’on s’est parlé pour l’article au sujet des importateurs de vin français en Australie, vous avez dit que vous venez d’une famille de vin. Une famille qui fait du vin depuis 6 générations à Meursault, Bourgogne. Parlez-nous de vos souvenirs en tant qu’enfant dans une famille de vin.

Grandir au sein d’une famille viticole est une grande fierté pour moi et ce fût une grande joie. C’est en quelque sorte le même sentiment que de grandir dans une famille de fermier. Toute la famille est mise à l’œuvre et participe aux travaux manuels quotidiens. En grandissant, dès le plus jeune âge, j’ai eu la chance d’aider mes parents dans les vignes et en cuverie. Étant donné que le Domaine est aussi la maison ou j’ai grandi, nous avions toujours quelques choses à faire pour aider. Par exemple, lors des vendanges, j’adorai rentrer de l’école primaire de Meursault à pied et goûter les raisins tout juste ramassés dans les vignes. Être vigneron, c’est une histoire de famille aussi, tout le monde est impliqué.

 

Est-ce qu’il était attendu que vous suivrez la famille en continuant de faire le vin?

En quelque sorte, j’ai eu de la chance car mes parents ne m’ont jamais poussé à reprendre le Domaine familial. C’est pourquoi ma passion s’est développée naturellement et d’une manière très forte. J’ai décidé d’étudier la viticulture dès l’obtention de mon Baccalauréat. Cependant, au file et à mesure de mes études, j’ai été amené a beaucoup voyager et cela m’a donné envie de diversifier le business familiale.

 

Que signifie-il, le vin, pour vous?

Le vin fait partie intégrante de ma vie, un produit qui a une histoire, un côté artistique, philosophique et culturel très fort. C’est un produit qui a toujours accompagné nos civilisations modernes et qui apportent plus de facilité pour créer du lien social. C’est un tissue fort de nos communautés et de la vie que l’on aime. Celle de l’indulgence et du partage.

 

Vous êtes propriétaire et viticulteur au Domaine Rougeot à Meursault, Bourgogne. Quels sont les défis de faire le vin en France lorsque vous vivez de jour au jour en Australie? Combien du temps de l’an passez-vous en France pour la vinification?

Aujourd’hui, mon frère ainé, Pierre-Henri, s’occupe du Domaine avec mon père Marc. Nous travaillons en équipe, cependant, je ne prends plus part au travail de la vigne ni de la vinification. Du moins pas manuellement. Nous travaillons ensemble sur l’orientation du Domaine en terme de viticulture et de vinification mais aussi pour le commerce. Cela me donne la flexibilité d’être en Australie et gérer Clos Cachet et maintenant Le Club. Tout de même, je passe un mois en France tous les ans et cela est voué à augmenter.

Clos Cachet

 

Est-ce que la situation de la COVID-19 a causé des problèmes?

Beaucoup de problème ont émergé suite au Covid-19. Tout d’abord, autant pour le Domaine que pour Clos Cachet, les ventes ont chuté. De plus, nous n’étions plus capable de nous déplacer pour rendre visite à nos clients. Par contre, le travail à la vigne était possible, et il a été très bien fait.

 

Pourquoi avez-vous fondé Clos Cachet en 2014?

Ma femme étant Australienne, nous nous sommes installés à Melbourne en 2011. Il était clair pour moi de continuer à travailler dans l’industrie du vin. J’avais toujours en tête de lancer mon propre business. Après quelques années à étudier le marché, ma femme et moi avons lancé Clos Cachet. Une belle opportunité s’est présenter, une brèche dans le marché qui a rendu Clos Cachet possible.

 

Pourquoi le nom « Clos Cachet»?

Clos Cachet prend ses racines dans la mission qui lui est confiée. Un « clos » en Bourgogne est un vignoble prestigieux, entouré d’un mur pour lui donner de l’importance, le rendre plus visible mais aussi retenir la terre qu’il contient. Quelque chose qui a du « Cachet » est quelque chose d’authentique, connecté à ses racines. C’est la même orthographe et définition en Anglais. Les vins que nous importons avec Clos Cachet sont des vins ayant une forte connections à leur origine, la vigne, la provenance, le lieu. Des vins prestigieux pour leur gout et complexité.

 

Vous avez fondé Clos Cachet avec but d’introduire les vins français aux australiens. Les vins qu’on ne trouve pas d’habitude. Pourquoi, est-ce qu’on ne les trouve pas normalement?

Les vins que nous importons sont produits en petites quantités car ils proviennent de secteurs très spécifiques, connus pour leur caractère exceptionnel. Par nature, ils ne peuvent donc pas être produit de manière industrielle mais bien artisanale. Par exemple, un meursault 1er cru « Les Charmes » qui provient du village de Meursault. La loi a établi la taille de l’appellation à 31ha, pas plus.

Clos Cachet

Comment est-ce que Clos Cachet est-il différent des autres négociants du vin Australiens?

Premièrement, la sélection des vins est cruciale, et la qualité impérative. Nous avons la chance de travailler avec des vignerons très talentueux. Ces mêmes vignerons n’acceptent que très rarement de nouveaux clients, car la production est très limitée. C’est donc un honneur de travailler avec eux. C’est pour cela que notre distribution diffère par rapport aux autres marchants. Nous passons beaucoup de temps à éduquer les professionnels et les particuliers à la grandeur de ces vins-là. C’est pour cela que tous les mois, nous créons de nombreuses expériences (diners, dégustations) pour passer le mot et faire vivre ces vins. Nous souhaitons créer un lien fort entre l’Australie et les vins Français, un lien qui existe déjà et qui mérite d’être développé.

 

Recemment, Clos Cachet a introduit Le Club. Parlez-nous de cet abonnement de vin. 

C’est vrai, car avec Clos Cachet, nous parlons à une clientèle d’avertis. Ce qui me passionne aussi dans l’aventure vineuse qui est la mienne, c’est de pouvoir parler à tout le monde, ouvrir les portent de ses grands vins à tout le monde.  Avec Le Club, nous faisons tomber les barrières, et de manière décontracté, marrantes, nous invitons tout le monde à commencer leur aventure avec les vins Français. Tous les mois, nous envoyons à nos membres deux à quatre vins différents, avec une vidéo de la dégustation, des notes de dégustations, et une recette écrite par un grand chef. Ainsi, nous espérons rendre les vins Français encore plus accessible, là où beaucoup de consommateurs n’auraient peut-être pas osés, ils n’ont désormais plus d’excuses.

 

 

Le Club, c’est de la joie de vivre, du savoir-faire, une superbe qualité de vin, livré dans une belle boite, tous les mois. Le rapport qualité/ prix n’a pas d’égal et nous importons directement tous les vins, uniquement après dégustation chez le producteur. Au fur et à mesure que Le Club évolue, nous allons aussi proposer des cuvées mise en bouteille, spécialement pour nos membres. Très exclusif !

 

Comment les vins français sont-ils différents aux vins australiens?

Lorsque l’on part du principe que la provenance et donc le microenvironnement où est planté le vignoble est la clef de voûte de l’identité du vin, les vins Français de qualité, diffèrent beaucoup des vins Australiens de qualité. Chacuns ont leurs propres identités, car les vignes poussent sur des terres différentes, avec des températures différentes et cultivé avec un savoir-faire différent. Il est difficile de généraliser cependant la technique à diminuer l’écart et les différences entre les deux sur certains vins. Disons que les vins artisanaux sont uniques dans les deux pays. Un vin industriel Australien, ressemble beaucoup à un vin industriel Français. La beauté est dans les détails de ce que j’appelle un grand vin. Un grand vin, c’est tout d’abord de l’émotion, pas forcément un prix élevé. Dans cette catégorie, les vins Français sont très différents des vins Australiens, car le terroir est très différent. Le fruit, les tannins, l’acidité, la sucrosité s’expriment différemment.

 

CULTURE

Egalement, comment est-ce que la culture de vin est-elle différente en Australie de celle de la France?

Les Français ont une relation très particulière avec le vin, voir obsessionnelle. Il y a un respect important du vin, car il s’inscrit dans une culture, une histoire et des personnes. Cela veut dire que l’intérêt est grand, et que le vin fait partie, très souvent de la vie culturelle des Français et cela depuis le plus jeune âge. On pourrait cependant reprocher aux Français de ne boire que du vins Français, bien que cela évolue.

 

En Australie, la culture du vin est plus récente, et donc, ce n’est pas encore le même enjeu culturel. Cependant, la culture du vin est en progression forte, et j’espère qu’a notre petit niveau, nous pourrons contribuer à l’augmentation de celle-ci. Beaucoup de jeunes Australiens n’éprouvent pas la nécessité de comprendre le vin. En France, c’est nécessaire.

 

Selon vous, qu’est-ce que la culture française apporte à l’Australie? 

Je pense que l’Australie adore la culture Française, car elle apporte de la gaieté, un appétit de voir et rencontrer les autres et de partager. Les deux cultures sont très complémentaire et évoluent ensemble. Cependant, il est difficile de résumer l’Australie a une culture, je dirais plutôt les cultures actuelles.

 

Quels sont les différences entre la culture australienne et la culture française?

Nous pourrions écrire une thèse sur ce sujet.

La culture Française est très puissante, comprise, connue et claire dans un sens. Le cinéma, l’histoire, la musique, la joie, la transgression, l’humeur, c’est tout autant de nuances que la langue Française transmet avec facilité et complexité. La culture Française s’assimile contrairement au multiculturalisme Australien, qui met en avant toutes les couleurs qui la forme en son sein. Un Australien peut virevolté entre la culture Italienne, Indienne, Chinoise, Grecque, Française et bien d’autres en peu de temps.

 

Qu’est-ce qu’il vous manque de la France?

Pas grand-chose, car je ne suis pas réfractaire concernant ma vie en Australie, je l’ai choisie et je l’aime. J’ai la chance de pouvoir côtoyer la culture Française en France et en Australie, grâce à mes amis, les vins, mes voyages, aux diverses restaurants et évènements culturels qui se déroulent en Australie. Le plus difficile reste bien entendu la distance qui me sépare de ma famille Française.

 

DERNIER VERRE

Si vous saviez qu’il soit votre dernier verre, quel vin boiriez-vous?

Sans hésitation, un verre de La Tâche 1959 du Domaine de la Romanée-Conti, un vin qui m’a déjà rendu très émotionnel.

Vous pouvez achetez des vins de chez Clos Cachet par leur site web.

 

Quel vins français aimez-vous?

 

Abonnez-vous

Insérez votre adresse email pour recevoir des notifications lorsque des nouvelles articles sont publiées au sujet de toutes les choses françaises et francophones en Australie