Brisbane French Theatre présente leur nouvelle pièce originale « Les uns contre les autres »

Reading Time: 10 minutes

Le Brisbane French Theatre est une troupe théâtrale francophone basée à Brisbane qui présente des pièces en français. Nous avons parlé avec Isabelle Johnson du Brisbane French Theatre à propos de la nouvelle pièce du Brisbane French Theatre « Les uns contre les autres », une pièce originale écrite par Thomas Smith, de la troupe.

Brisbane French Theatre - Les uns contre les autres

Alors pour commencer, j’aimerais parler un peu de la pièce. Et puis ensuite de vous. Et aussi, bien sûr, du Brisbane French Theatre. Alors, vous êtes la metteuse en scène pour cette pièce?

Oui, c’est exact. Donc, je fais la mise en scène pour cette pièce-ci et ça fait quelques pièces que je dirige pour le Brisbane French Theatre.

 

Parlez-nous un peu de vous.

J’habite en Australie depuis 2006 mais je suis née à Montréal, au Canada. Il y a beaucoup de gens en Australie qui ne réalisent pas mais il y a environ 8 millions de francophones au Canada, principalement dans la province de Québec, d’où je viens. 

 

J’ai toujours aimé le théâtre, mais ce n’est pas quelque chose que je voudrais faire professionnellement; c’est plutôt une passion personnelle. Le théâtre amateur en particulier est une belle opportunité pour les individus d’exprimer leur créativité et de rencontrer des gens intéressants, tout en faisant vivre la culture.  Je suis hyper heureuse en tant qu’expatriée d’être capable de faire ça, en français, en Australie.

 

C’est quelque chose à laquelle je ne m’attendais pas du tout parce que je ne savais pas que les théâtres français étaient quelque chose de populaire. J’ai découvert en 2016 que c’est quelque chose qui existe dans beaucoup de villes à travers la planète et dans plusieurs villes en Australie. Avec un petit groupe de francophones passionnés nous avons décidé de fonder le Brisbane French Theatre pour amener des pièces en français à la population française, francophone, australienne francophile. Nous avons aussi réalisé que beaucoup de gens australiens sont fascinés par la France, par la culture, et cherchent des opportunités de pratiquer, donc nous sommes heureux de pouvoir ajouter cet aspect culturel dans notre petite ville de Brisbane.

 

Justement, j’avais quelques questions préparées et vous avez touché un peu sur quelques-uns qui étaient justement si vous étiez parmi les cinq personnes qui ont fondé le Brisbane French Theatre?

Oui, on s’est initialement fait recruter par une jeune australienne francophile qui a décidé de présenter une pièce en français avec des surtitres en anglais, avec une compagnie de théâtre communautaire locale, Growl Theatre. Après cette belle expérience, on a tous eu la piqûre, et comme il n’y avait pas d’opportunités de refaire du théâtre d’une manière régulière dans ce cadre, on a fondé notre propre théâtre entièrement français. Il reste aujourd’hui seulement deux membres originaux, moi et Thomas Smith.

 

Tu disais qu’il y a les francophones et les Français qui viennent aux spectacles. Et il y a aussi, les Australiens qui ne parlent pas le français et qui apprennent le français. Quel âge? C’est un peu les enfants, les ados, les jeunes? C’est un peu de tout?

Nous présentons des pièces pour un public de 15 ans et plus. Il n’y a rien de très choquant dans nos pièces mais on a décidé de se faire plaisir avec des pièces qui traitent de thèmes plutôt matures, car c’est le genre de théâtre qui nous plaît. 

 

Ceci dit, on a beaucoup d’étudiants d’écoles secondaires qui viennent nous voir, donc des étudiants de 14 à 16 ans qui viennent nous voir avec leurs profs.

 

C’est génial pour les étudiants de français de pouvoir venir voir une pièce en français à Brisbane. Est-ce que le possible in French Theatre est le plus jeune des compagnies?

Oui, absolument. Je sais qu’à Melbourne, ça fait 44 ans,  et à Perth, Sydney et Adélaïde, ça fait entre 5 à 15 ans!

 

Alors, vous parlez de cette pièce Les uns contre les autres. C’est une pièce originale. Mais est ce qu’est-ce que vous pouvez nous dire un peu sur cette pièce dans tes mots? Un peu sur cette pièce?

Oui, bien sûr. Alors, la pièce Les uns contre les autres, a été écrite par Le Brisbane French Theatre. C’est un spectacle qui explore des thèmes amoureux plus matures de ce qu’on a traité par le passé. 

 

On a regardé les gens autour de nous. On a regardé notre propre expérience du confinement, de la vie de couple, des questions qu’on se pose parfois dans la quarantaine: vivons-nous notre meilleure vie? Sommes-nous aussi heureux/heureuses qu’on croit le mériter?  Dans la pièce, nos personnages féminins se demandent si  elles sont vraiment épanouies. Si elles sont bien avec leur conjoint.

 

Et les hommes se posent des questions aussi. « Mais qu’est-ce que c’est d’être un homme en 2021? Qu’est-ce que les femmes veulent de nous?« 

 

Donc il y a des thèmes sérieux mais qui sont traités avec humour. On espère que les gens vont sortir du théâtre en ayant bien ri, et en ayant été touchés, aussi. Je crois que les gens vont s’identifier aux personnages. 

 

Je suis fière du travail d’écriture de Thomas pour cette pièce, ça va être un beau spectacle et un nouveau chapitre dans l’évolution BFT.

 

La pièce suit une soirée entre les deux couples et une amie nouvellement célibataire après un confinement du à COVID-19. Est-ce que ça pourrait être une soirée juste entre amis qui ne se sont pas vus depuis longtemps? 

Oui, effectivement. La piece commence lors d’une soirée chez un couple qui reçoit un couple d’amis et une amie nouvellement célibataire. Au fil de cette soirée, les copines, qui sont un peu insatisfaites par leurs propres mariages, vont écouter avec envie la nouvelle vie de la femme célibataire, et les hommes se sentiront menacés par cette nouvelle perspective que la copine célibataire amène. 

 

Donc, dans la tradition du cinéma et du théâtre tragi-comique français, il y a des vérités qui vont sortir!

 

Donc, c’est vraiment le moment pour les couples d’examiner un peu leur couple.

Oui, exactement. Les couples arriveront à un carrefour où il faut prendre des décisions. Devraient-ils essayer de réparer les pots cassés? Il faut venir voir la pièce pour le découvrir.

 

Donc, il y a cinq personnages dans la pièce. Est-ce qu’est-ce que tous les personnages sont joués par les Français?

Alors le personnage de Coco est joué par une Belge.

 

Ok, une Belge francophone de la Wallonie?

Oui, exactement. Coralie Vangeyte, elle vient de la ville de Liège, en Belgique.

 

La pièce a été écrite par Thomas Smith?

Oui, Thomas est né dans le nord de la France, et habite maintenant en Australie depuis 2011. 

 

Donc dans cette pièce, tous les personnages sont des gens qui sont nés dans des pays francophones au lieu des étudiants de français.

Oui, exactement, ce sont tous des francophones natifs. Et la pièce se passe à Lyon, donc on vous transporte dans un univers qui peut être tout-à-fait la vie française.

 

Et vos pièces sont jouées par des francophones natifs?

En général, oui, ça dépend des pièces, et des personnages. C’est important pour nous que ça soit crédible. On a quand même eu le plaisir d’intégrer des acteurs australiens à nos pièces précédemment, quand c’était approprié, c’est-à-dire quand il y avait des rôles pour des gens avec un accent anglophones. 

Brisbane French Theatre
Image: Brisbane French Theatre

 

Et à part ton travail en tant que metteur en scène. Que fais-tu dans la vie?

Je suis une spécialiste en communication à la base, et aujourd’hui j’aide les entreprises à adopter de nouvelles pratiques d’affaires dites ‘circulaires’.

 

Ok, donc ça, ça change. Qu’est-ce que c’est l’économie circulaire en fait?

L’économie circulaire est un modèle économique qui vise à réduire au maximum les déchets et la pollution, régénérer les environnements naturels, et essayer de prolonger la vie des objets et matériaux. C’est une économie verte, en somme.

 

Et donc, vous êtes migrée en Australie en 2006 ou bien vous êtes venue en Australie avant ça?

Oui, je suis venue en 2006. C’était mon premier voyage. Je suis venue avec un petit copain Australien et un visa de backpacker, et je suis tombée amoureuse de l’Australie et de la ville de Brisbane. Donc je suis restée. 

 

Donc, tu as encore ta famille à Montréal?

Oui, oui, ma famille est à Montréal, et je vis ici avec mon conjoint et mon fils.

 

Ok, tu as pu les voir avec la COVID et tout ça?

Malheureusement non. On a tous très hâte de se revoir quand ça va être possible, donc normalement, j’ai toujours la chance de pouvoir retourner à chaque année pour les vacances et ma famille viennent me voir régulièrement. Mais là, on a très hâte de pouvoir se revoir. En attendant, on se fait des soirées à Messenger vidéo.

 

La technologie, c’est bien, c’est bien, ça aide. Est-ce que tu faisais du théâtre avant de venir en Australie? Ou avant la petite troupe qui était formée pour les autres pièces avant que la Brisbane French Theatre ait été établie. Mais avant ça, au Canada ou en Australie?

Oui. J’ai toujours aimé le théâtre communautaire, donc j’étais toute petite j’ai toujours rêvé de faire du théâtre. Et j’ai aussi étudié le théâtre à l’université.

 

Est-ce que tu joues parfois ou tu es toujours metteuse en scène?

Oui, quand je peux, j’adore monter sur les planches. J’ai joué dans quelques pièces du Brisbane French Theatre et j’adore aussi faire la mise en scène. Je trouve que c’est un défi qui est très différent et qui est très satisfaisant. 

 

Comment est-ce que le Brisbane French Theatre choisit les pièces qui seront jouées? 

Au début, on épluchait sans relâche les bibliothèques théâtrales de la France, à la recherche de pièces françaises à la fois drôles, intéressantes, modernes, et dont les droits de production étaient disponibles. C’était tout un défi, et un autre défi qu’on avait c’était de trouver des pièces qui allaient avec les acteurs qu’on avait, parce qu’évidemment les acteurs francophones à Brisbane ça ne court pas les rues.

 

On eu de la chance de trouver L’Étudiante et Monsieur Henri, et Pendant ce temps Simone Veille, mais c’était tellement difficile de trouver la perle rare que Thomas à un moment a décidé d’essayer d’écrire une pièce sur mesure: Hélas Avril. 

On a vite réalisé qu’il avait beaucoup de talent, et donc depuis 2018, toutes les pièces sont écrite par Tom. 

 

En fait, vous êtes combien?

C’est-à-dire qu’on a une petite communauté, on a un noyau de gens qui sont dans le BFT, mais ensuite de pièce en pièce, on fait des auditions. Depuis sa création le BFT a rassemblé une trentaine d’acteurs et bénévoles. 

 

C’est bien et comme ça, le Brisbane French Theatre est la seule troupe à faire ces pièces.

Oui, je crois. Je sais qu’il y a d’autres théâtres en Australie qui flirtent avec l’idée, et je les encourage à le faire parce que la culture, il faut la faire vivre. C’est vraiment génial de se permettre de faire, de créer de nouvelles pièces. 

 

Combien de pièces présente le Brisbane French Theatre par an? Normalement, quand il n’y a pas la COVID et les confinements?

Une ou deux, dépendamment de nos disponibilités et horaires. Tout le monde a des carrières et des vies autour du théâtre, donc c’est beaucoup de travail de monter un spectacle. Donc parfois, on a trouvé qu’une par année c’est plus gérable, mais d’autres années, on en a fait deux.

 

Et justement, combien de temps en répétition? Ça dépend de la pièce où chaque général.

En général, il y a un peu plus de cent heures de répétitions par pièce, sans compter l’écriture et tout le travail de production. Donc, c’est généralement environ trois mois de répétitions, les soirs et les weekends. On a eu un mini-lock down dernièrement et on a dû faire nos répétitions sur zoom avec nos acteurs. Donc ce n’était pas idéal.

 

Mais c’est un défi quand même!

Tout à fait, on a pivoté comme le reste de la planète.

 

Mais si jamais quelqu’un souhaite jouer dans une de vos pièces, comment fait-t-il?

On est toujours super heureux de rencontrer des nouveaux gens qui veulent s’impliquer au théâtre, soit comme acteur, soit comme bénévole, soit comme membre de l’équipe technique. Parfois, on a des auditions ouvertes, donc, on publie la date et tout le monde peut venir. Mais dans tous les cas, contactez-nous si vous voulez faire du théâtre dans une prochaine production. On adore rencontrer de nouvelles personnes.

 

Est-ce que tu préfères que ce soit vraiment un Français, un Canadien, un Suisse un Belge ou ça pourrait être des Australiens francophones aussi?

La maîtrise du français est généralement extrêmement importante pour jouer sur scène. Pour certains rôles de production, il faut aussi vraiment bien comprendre ce qui se passe. Selon la pièce qui est présentée, il y a de bonnes chances que les rôles doivent être performés par quelqu’un qui peut crédiblement passer pour un français, ce qui n’est même pas le cas de tout le monde. Moi-même, comme québécoise, c’est tout un effort pour essayer de modifier mon accent!

 

Justement, j’allais dire au début que tu n’as pas l’accent très fort que j’ai entendu de Québec chez les autres.

Oui mais ça c’est parce que je fais un effort pour toi. Ha-ha! Je veux me faire comprendre! 

 

On essaie toujours de faire de la place pour des australiens dans notre troupe, mais ça dépend juste des rôles disponibles.

 

Et leur niveau de français.

Oui, c’est ça. Ce n’est généralement pas pour des gens qui souhaitent apprendre le français, mais les anglophones peuvent être bénévoles, au front house par exemple.

 

Quelle est ta pièce francophone préférée?

Si je devais en choisir juste une, je dirais « Art » de Yasmina Reza. C’est une histoire qui me parle et je la trouve très, très drôle, et je rêve un jour de la mettre en scène avec le Brisbane French Theatre.

 

Tu as fait d’autres œuvres de Yasmina Reza n’est-ce pas ?

On a fait 2 pièces de Yasmina Reza à Brisbane, avec Growl Theatre. La première c’était « Trois versions de la vie » et la deuxième c’était « Le dieu de carnage ».

 

Est-ce qu’il y a d’autres choses que tu souhaites me dire?

On me demande souvent s’il est essentiel de parler le français pour venir au théâtre? Pas du tout! Il y a toujours beaucoup d’australiens dans l’auditoire, et les surtitres font que tout le monde peut profiter de nos pièces. On simplifie même le texte pour que ça soit facile et rapide à lire, et le feedback qu’on ait c’est que tout à fait possible de passer une super bonne soirée au théâtre même sans parler le français. 

 

On remercie Isabelle pour cette interview.

 

Les billets se vendent vite donc si vous souhaitez participer aux spectacles du Brisbane French Theatre, achetez vos billets tout de suite!

 

INFOS CLÉS POUR LA PIÈCE « LES UNS CONTRE LES AUTRES » DU BRISBANE FRENCH THEATRE

QUOI: La pièce en français « Les uns contre les autres » du Brisbane French Theatre

OÙ: Queensland Multicultural Centre, 102 Main Street, Kangaroo Point

QUAND:

14 octobre 2021 – 19h30
15 octobre 2021 – 19h30
16 octobre 2021 – 13h30
16 octobre 2021 – 19h30

COMMENT: Achetez vos billets par ce lien: https://www.trybooking.com/events/landing/777500 

COMBIEN: Les prix de billets sont les suivants:

Adultes $26
Carte concession $21
Lycéens $15

 

Avez-vous déjà participé à un spectacle de Brisbane French Theatre ou d’une autre troupe de théâtre francophone en Australie? 

 

Pour d’autres évènements dans votre ville ou en ligne, regardez notre rubrique Quoi faire en septembre.

 

Abonnez-vous

Insérez votre adresse email pour recevoir des notifications lorsque des nouvelles articles sont publiées au sujet de toutes les choses françaises et francophones en Australie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.