Entrez dans L’Hôtel à l’Adelaide Cabaret Festival

Reading Time: 12 minutes

L’Hôtel est l’une des têtes d’affiche de l’Adelaide Cabaret Festival 2021, annoncée dans le cadre de l’avant-première du programme. Créé par Craig Ilott de Smoke & Mirrors, Pigalle, Velvet, Betty Blokk Buster Reimagined fame (pour n’en citer que quelques-uns), L’Hôtel est une production conçue spécialement pour le Adelaide Cabaret Festival 2021, où elle sera présentée en première.

Nous avons discuté avec Craig Ilott de L’Hôtel de l’Adelaide Cabaret Festival.

 

L’Hôtel

Qu’avez-vous fait au cours de cette étrange année COVID-19? Cela fait 9 mois que vous ne pouvez pas faire jouer vos spectacles. Au lieu de présenter vos spectacles devant le public, cela vous a-t-il donné plus de temps pour vous consacrer à la création? 
Oui, je suis metteur en scène indépendant et quand la COVID-19 est arrivée, j’ai eu l’impression que quelqu’un avait appuyé sur la touche “supprimer” – un an de travail – 6 emplois différents ont été supprimés. Beaucoup d’entre eux ont dit que je pense que nous pourrons le faire l’année prochaine. Et même si l’industrie se redresse, il y a encore des spectacles cette année qui sont annulés en raison des ramifications de COVID. C’est donc une période vraiment effrayante pour notre industrie.
Il y a eu de bonnes choses qui en ont découlé et c’est parce qu’un spectacle comme L’Hôtel a bénéficié de plus de temps de développement créatif tout au long de cette période. Personnellement, il y a eu quelques autres projets de ce genre. Il y a eu des avantages qui en ont découlé.
Cela vous a donc donné plus de temps à consacrer à la création?

C’est certain, et c’est là que les bénéfices ont été réels, je suppose. Je pense aussi que ce qui peut arriver, du moins ce que je ressens personnellement, c’est qu’il y a si peu de temps entre les projets.

 

D’un point de vue de free-lance, vous pouvez jongler avec 10 projets ou plus à un moment donné et vous ne savez pas nécessairement quand l’un d’entre eux sera confirmé et vous pouvez donc vous retrouver soudainement dans une période de forte activité.

 

Je me sens vraiment chanceuse qu’il y ait eu un travail constant pendant si longtemps, mais ce que je regrette, c’est ce temps de rêve pour prendre vraiment son temps et s’asseoir avec un projet, surtout quand on crée un nouveau projet, qui peut parfois sembler mince sur le terrain et qui a été génial en fait. De repenser notre façon de travailler, et c’est un type de temps différent que vous avez sur lui.

Je veux dire qu’évidemment nous avons tous plus de temps, car ces industries ont été touchées, mais cela a changé un certain nombre de choses pour moi aussi, en tant que professionnel, ce qui est assez intéressant.
Donc, pour en revenir plus précisément au spectacle dont nous parlons, L’Hôtel, dont on a très peu parlé à part le fait que c’est une expérience théâtrale immersive, que nous sommes transportés dans le hall d’un hôtel parisien où des artistes issus du monde du cabaret/ burlesque/cirque vont essentiellement divertir les gens qui sont assis dans le hall. Ce spectacle a également été qualifié de “rendez-vous avec la tentation et un monde d’intrigues françaises”, pourriez-vous m’en dire un peu plus à ce sujet?
Absolument. Donc, quand nous parlons de l’entrée dans un espace immersif, j’ai toujours pensé à deux mondes: l’un étant cet espace immersif dans lequel vous entrez, donc vous n’entrez pas littéralement, c’est comme une abstraction théâtrale d’un bel hôtel français, il y a une salle de bain là, il y a un bureau de concierge là, il y a des portes d’hôtel là-haut. Donc, c’est cassé et dispersé dans l’espace pour le rendre immersif.

Donc, cette première composante, la première étape de la nuit est ce que j’appellerais, je dirais que c’est en “mode hôtel”. On nous montre nos sièges, on nous offre du bon champagne, des plateaux de fromages, je veux dire qu’une partie de notre élément alimentaire a été réduite, évidemment, à cause de la COVID. Mais ce que vous voyez est en fait une installation hôtelière, c’est comme s’il y avait un hôtel qui fonctionnait autour de vous. Même si ce n’est pas comme si on regardait ici et là dans un sens de tournage, c’est dans un sens théâtral. Donc, cet espace vit et respire autour de nous et il est ponctué par des moments de performance chorégraphiés, dans cette première section. Nous sommes donc littéralement dans cet espace et nous assistons à une saisie de la performance. Là-haut, nous sommes attirés par le sentiment qu’il y a une performance plus complète à venir.

 

Nous voulons aussi avoir l’impression que la nuit se prolonge au-delà de la période où nous possédons le théâtre et donc, vers la fin de ce mode d’immersion en hôtel, nous entrons dans ce que j’appellerais un mode spectacle, c’est un peu comme si nous allions au-delà des portes fermées. Il y a donc des saveurs très différentes des deux côtés de la nuit, ce qui, thématiquement, m’intéresse vraiment, ce masque, il y a un vernis de présentation pour la première pièce de théâtre immersive dans laquelle vous entrez et la deuxième moitié est beaucoup plus comme, enlever le masque derrière des portes fermées. C’est beaucoup plus voyeuriste, ce qui se passe derrière des portes fermées. C’est donc un mode plus sexy, plus “show”, que nous abordons dans la seconde moitié.

 

L’autre chose, c’est que je n’ai jamais fait de spectacle comme celui-ci, donc c’est peut-être un peu comme “qu’est-ce qu’on va voir ? Il y a beaucoup d’éléments qui composent ce spectacle et j’ai peut-être fait des spectacles qui comportaient ces éléments, mais je ne les ai jamais tous faits dans une expérience théâtrale auparavant. Donc, pour moi, je suis très excité de savoir ce que cela va donner d’avoir tous ces éléments en une seule soirée. L’autre chose que je dois dire, si cela n’a pas été précisé, c’est que nous portons nos oripeaux – il y a un code vestimentaire, tout le monde vient en tenue de soirée, ce qui, je pense, est une jolie touche, cela ajoute au sentiment d’occasion.

 

Vous avez évoqué le fait que L’Hôtel est composé de nombreux éléments dont certains se trouvaient dans d’autres spectacles, mais le spectacle dans son ensemble est très différent. En quoi ce spectacle diffère-t-il de vos autres spectacles?

C’est juste que je n’ai jamais eu autant d’éléments différents dans un spectacle avant. La nourriture a été un nouvel élément pour moi et c’est une chose dont Ebony Bott m’a parlé au début, quand elle était au festival de cabaret d’Adélaïde.

J’ai travaillé dans des boîtes de nuit auparavant, j’ai travaillé au Ivy, qui est la plus grande boîte de nuit de l’hémisphère sud, j’ai fait leur spectacle pendant quelques années quand nous avions la marque Pacha, donc c’était une expérience très différente pour moi parce que j’ai fait du théâtre, de l’opéra, du théâtre musical, du cabaret, ce genre de choses, donc être soudainement propulsé dans un monde très immersif où il y a 6000 personnes qui traversent en une nuit dans 6 lieux différents, et comment obtenir un élément visuel et des éléments de performance dans tous ces espaces?

 

J’ai donc vécu des expériences immersives, mais en plus, il y a des éléments de cirque et j’ai fait des spectacles de cirque, du burlesque, de la danse, mais je n’ai jamais eu toutes ces choses dans un seul spectacle avant au théâtre, c’est ce qui fait que c’est différent pour moi.

Brendan Maclean fait partie de la distribution

 

Jusqu’à présent, seuls trois membres de la distribution de L’Hôtel ont été révélés: Brendan, Lexi et Bri. Je savais que vous aviez déjà travaillé avec Brendan, mais je n’ai pas pu placer Lexi ou Bri.

Je n’ai jamais travaillé avec Lexi ou Bri auparavant – ce sont deux nouveaux interprètes et danseurs burlesques avec lesquels je n’ai jamais travaillé auparavant mais j’ai vu leur travail et je suis très impressionné par eux. Le numéro que nous leur faisons faire semble vraiment s’intégrer dans ce monde. Elles sont nouveaux pour moi.

 

C’est une distribution très excitante. Parfois, il y a du mouvement dans un certain spectacle. C’est un casting incroyable que nous réunissons. Un certain nombre de ces personnes avec lesquelles j’ai travaillé dans différents spectacles.

 

Il y en a d’autres qui sont en train d’être engagés mais je ne peux pas encore les annoncer – c’est quelque chose pour le Festival de Cabaret d’Adélaïde. Sauf pour dire qu’il y a quelques membres de la distribution avec lesquels j’ai déjà travaillé. C’est un casting de référence et c’est un grand casting aussi – il y en a environ 20.

 

Il y a neuf membres de la distribution “vedette”, mais il y a aussi un ensemble qui est impliqué, parce que c’est ce que c’est cette scène immersive, c’est toute une compagnie qui est impliquée pour faire sentir que cet hôtel est vivant. Le fait que nous ayons une grande troupe pour pouvoir remplir les rangs est vraiment passionnant. À une époque où, ces dernières années, les distributions sont de plus en plus petites, il est sympa de sentir qu’il y a un ensemble solide et important pour participer à cette expérience.

 Lexi Strumolo fait partie de la distribution du spectacle L’Hôtel 

 

Avec les neuf vedettes mais une vingtaine dans la distribution de L’Hôtel, est-ce une situation où il y a toujours des choses différentes à regarder en même temps et où il faut choisir où l’on regarde ou y a-t-il toujours une chose spécifique sur laquelle on se concentre?

C’est une très bonne question. Lorsque vous entrez, il y a un certain nombre de personnes qui font ce que j’appellerais “activer” l’espace. Ainsi, vous pouvez voir au niveau, vous pouvez voir des nettoyeurs qui roulent sur un niveau, quelqu’un qui vous tend une coupe de champagne, tout à coup il y a une représentation sur place, quelqu’un qui jongle avec des valises ou des clients qui entrent dans l’hôtel et qui sont amenés au bureau du concierge. De cette façon, c’est comme le théâtre immersif, il y a un certain nombre de choses qui se passent en même temps.

 

Cependant, il y aura des moments où je concentrerai vraiment cette attention et où je voudrais que tout le monde regarde à un endroit donné, à un moment donné, puis cela disparaîtra à nouveau dans la nuit et le brouhaha et vous pourrez regarder partout autour de vous et tout sera vivant et actif. Il y aura donc des moments d’intense concentration et tout cela se détendra et se reproduira tout autour de vous. Et comme je l’ai dit, la seconde moitié est beaucoup plus axée sur, comme nous le comprendrions, un mode de spectacle plus concentré et plus “show”.

 

 Bri Emrich fait partie de la distribution de L’Hôtel 

 

Le public fait-il partie du spectacle auquel il participe réellement, ou est-il simplement immergé dans celui-ci?

Très immergé dans le spectacle. Je n’avais pas prévu que le public se lève et s’implique de toute façon, mais je pense que dans ce monde de COVID, il est probablement préférable de toujours pécher par excès de prudence de toute façon. Donc non, ils auront l’impression d’être immergés dans le monde, mais il n’y a aucune intention d’interaction, de se lever et de s’impliquer.

 

Donc, dans ce sens, comme vous faites 7 représentations de L’Hôtel au Festival de Cabaret d’Adélaïde, chacun des 7 spectacles sera essentiellement le même. Bien que, comme si vous regardiez un film pour la deuxième fois, vous pourriez voir des choses différentes, la structure réelle du spectacle sera la même?

C’est vrai, mais au final, dans cette première structure immersive, elle sera légèrement différente parce qu’il y a tellement de choses qui se passent à un moment donné, lorsque nous envoyons certaines choses. J’ai l’impression que je pourrais être là, à appeler en direct certains moments de cette première section. “Il est temps d’envoyer ceci, d’envoyer cette section ici, d’envoyer ceci, d’envoyer ces danseurs là”, je pense que je lirai le public de se faire une idée de la situation, et ensuite la deuxième moitié va fonctionner beaucoup plus comme vous le dites, elle commence ici avec une chorégraphie serrée tout au long, la première aura une certaine liberté, il y aura un sentiment d’improvisation.

 

Vous avez évoqué avant que l’idée d’une expérience impliquant de la nourriture et un élément français vous est venue de l’Ebony de l’Adelaide Cabaret Festival. Cela signifie-t-il que L’Hôtel a été créé pour le Festival de Cabaret d’Adélaïde?

Il a absolument été créé pour le Festival de Cabaret. Il a été commandé par l’Adelaide Cabaret Festival, qui en a été l’instigateur, et soutenue en termes de développement pendant la COVID, puis la perspective de la pièce a été mise en avant par Alan Cumming, qui l’a adorée et nous voilà donc ici. C’est une première mondiale, elle est née et a été commandée par l’Adelaide Cabaret Festival et c’est certainement la première apparition du spectacle.

 

Dans une année COVID-19 où tant de choses sont interdites, comment trouver un casting, répéter, etc.?

Tout le monde espère et suppose qu’à l’approche du Cabaret Festival, nous pourrons répéter comme d’habitude. Pour ce qui est de trouver la troupe, c’est relativement facile, je n’ai pas besoin de regarder les gens jouer en ce moment pour les voir. J’ai déjà travaillé avec un certain nombre de ces artistes, mais pour certains d’entre eux, je vois des liens vidéo, ou je parle à des agents, ou il y a des moyens de voir les artistes même si je ne les ai jamais vus en direct.

 

Mais comme je l’ai dit, j’ai travaillé avec un grand nombre d’entre eux, mais avec une distribution de cette taille, il y aura beaucoup de choses que je n’ai pas faites, et puis nous allons atterrir et il y aura une bonne dose de répétitions avant que ce spectacle n’arrive, juste avant l’ouverture. Donc, ayant déjà fait cela de nombreuses fois, vous faites autant que vous pouvez, vous planifiez autant que vous pouvez, vous développez votre créativité dans votre esprit et avec vos collaborateurs autant que possible, vous communiquez avec les interprètes.

 

Je suis déjà en train de discuter avec nos artistes pour savoir ce que je veux faire, voici la musique avec laquelle je pense que nous devrions jouer. Ces choses se font en collaboration par le biais d’appels téléphoniques, mais au final, pendant la période de répétition normale, tout le monde tapote et nous commençons à le faire de manière tangible sur le sol, mais j’aurai planifié autant que possible avant cela. Mais en même temps, vous ne voulez pas non plus vous enivrer, vous voulez être surpris par ce que vous voyez sur le sol.

 

Vous avez donc travaillé sur de nombreux projets différents, y compris ceux que le public d’Adélaïde connaîtrait comme étant Velvet et Smoke & Mirrors, quel a été le point fort de votre carrière jusqu’à présent?

C’est une bonne question. Probablement Smoke & Mirrors d’une certaine manière, parce que comme L’Hôtel, c’était une nouvelle pièce, elle est partie d’une page blanche. Bien que je puisse penser à un certain nombre de pièces que j’ai jouées et qui m’ont enthousiasmé, je pense toujours qu’il n’y a rien de plus gratifiant que de commencer quelque chose à partir d’une page blanche. Et de cette façon, des spectacles comme L’Hôtel et Smoke & Mirrors étaient… Velvet, c’était la même chose en fait, il n’y avait rien pour commencer et c’était juste partir et avoir un groupe de réflexion et voir ce qu’il y avait.

 

Je pense qu’il est juste de dire que c’était Smoke & Mirrors, parce qu’il y avait aussi beaucoup de pression à l’époque. Le Festival de Sydney m’a demandé à l’époque en septembre si je pouvais proposer un spectacle, qui sera présenté en janvier et à ce moment-là, il n’y avait rien. Nous n’étions pas sûrs au départ que toute la musique serait originale, mais il s’est avéré que nous étions fascinés par ce défi et que tous ces personnages étaient créés à partir de rien, puis ils ont atterri et ont eu un tel impact et, à bien des égards, ils ont fait le tour du monde.

 

Et en fait, l’étape suivante que nous avons franchie avec Smoke & Mirrors était le Space Theatre à Adélaïde. David et Lisa Campbell, au Festival de cabaret d’Adélaïde, ont été les premiers à l’emmener sur la route, c’est donc un autre beau cercle, d’une certaine manière. Pour revenir dans cet espace, je n’ai pas été dans le Space Theatre depuis Smoke, donc revenir dans cet espace et penser à ce que L’Hôtel pourrait être dans cet espace était une perspective vraiment excitante.

 

Comment est née l’idée du spectacle L’Hôtel et quelle a été votre inspiration?

C’est sûr que c’était encadré par Ebony de cette façon, c’était en rapport avec un truc français, parce qu’à l’époque l’Adelaide Cabaret Festival et le festival français s’étaient réunis, alors on m’a dit le “Pourrait-il y avoir quelque chose de français, pourrait-il y avoir de la nourriture?” et j’ai commencé à réfléchir à ce que le monde pourrait être.

 

Pour être honnête, j’ai travaillé à Adélaïde à plusieurs reprises, et chaque fois que je suis là-bas, je suis à l’hôtel Intercontinental. Je trouve les hôtels 5 étoiles si intrigants, comme dans le fait que tout le monde vit si près les uns des autres et pourtant on ne se connaît pas. Il y a quelque chose de tellement secret à leur sujet aussi. Donc, je pense que le thème qui m’a vraiment intéressé et un autre thème qui m’intéresse vraiment est ce masque parce que je pense qu’il s’applique dans notre vie quotidienne, quelle est cette personne que nous présentons et quelle est la vérité et quand nous ne sommes pas connectés à cette vérité, quels sont les problèmes qu’elle pose. Je trouve cela très riche.

 

Avez-vous passé beaucoup de temps dans des hôtels 5 étoiles français?

Hihi, non ! Bien sûr, j’ai passé du temps dans des hôtels 5 étoiles, mais jamais dans des hôtels 5 étoiles français. J’espère donc que tous ceux qui ont vécu cette expérience pourront aller voir le spectacle et dire “oui, instinctivement vous aviez raison” ou “non, vous auriez dû faire ça”.

 

Mais je pense que l’essentiel, ce n’est pas qu’ils aient l’impression de pouvoir s’évader dans un Paris qu’ils ont imaginé, qu’ils entrent avec leurs beaux habits, dans ce bel hôtel français avec du champagne et du fromage et un spectacle. J’espère juste qu’ils passeront une vraie nuit d’évasion.

INFORMATIONS CLÉS

L’HÔTEL: LES DATES

L’Hôtel sera présenté en première mondiale à l’Adelaide Cabaret Festival. Le spectacle de 90 minutes aura lieu le:

ven, 11 juin 2021, 19h00

sam, 12 juin 2021, 17h30

dim, 13 juin 2021, 17h30

Jeu, 17 juin 2021, 19h00

ven, 18 juin 2021, 19h00

sam, 19 juin 2021, 17h30

dim, 20 juin 2021, 18h00

 

CE QUI EST INCLUS DANS VOTRE BILLET DE L’HÔTEL

Le prix du billet comprend:

  • une représentation de 90 minutes
  • 1 x verre de champagne à l’arrivée
  • Plateau de fromages français et accompagnements
  • Mini Éclair français

PRIX ET MODALITÉS D’ACHAT DES BILLETS DE L’HÔTEL

150 $ plus des frais de service et de gestion de 8,95 $ par transaction.

Pour plus d’informations et pour acheter des billets, cliquez sur ce lien:

https://www.adelaidecabaretfestival.com.au/events/l-hotel/

 

Si le cabaret vous intéresse, vous pouvez lire notre entretien avec Julia Zemiro, ancienne directrice de l’Adelaide Cabaret Festival.

 

Abonnez-vous

Insérez votre adresse email pour recevoir des notifications lorsque des nouvelles articles sont publiées au sujet de toutes les choses françaises et francophones en Australie